Emploi, impôts, logement, prestations sociales... tout ce qui change au 1er janvier

LONG FORMAT CE QUI CHANGE LE 1ER JANVIER

ÉVOLUTIONS - Outre une baisse d'impôt qui bénéficie à 17 millions de foyers à partir de janvier 2020, de nombreux changements interviennent dès ce mercredi. Qu'il s'agisse de fiscalité, de logement, de factures, de prestations sociales ou du monde du travail, tous ne vous sont pas favorables. Tour d'horizon.

Qui dit nouvelle année dit nouveautés. Et les changements susceptibles de jouer sur vos finances ou votre carrière concernent de très nombreux domaines : fiscalité, écologie, logement, santé ou encore formation professionnelle. Voici un aperçu des principales évolutions (bonnes ou mauvaises) mises en oeuvre dès ce mercredi 1er janvier.  

> Impôts

• Baisse de l'impôt sur le revenu 

L'immense majorité des 17 millions de foyers imposables bénéficie d'une diminution de son taux de prélèvement à la source dès le premier mois de l'année. Un nouveau barème abaissant le taux d'imposition de la première tranche de 3 points entraîne en effet un gain moyen de 350 euros sur l'année pour 12 millions de ménages et de 180 euros pour les 5 autres millions atteignant la deuxième tranche. 

• Fin de la taxe d'habitation pour 80% des foyers

Cet impôt local est désormais de l'histoire ancienne pour les 80% des foyers percevant les revenus les moins élevés. Les 20% les plus aisés devraient également bénéficier d'une suppression progressive sur trois ans, mais seulement à partir de 2021. 

• Prélèvement à la source pour l'emploi à domicile

Avec un an de retard sur les autres contribuables, le prélèvement à la source s'applique désormais aux revenus des salariés à domicile et des assistantes maternelles. Deux services gratuits et facultatifs, Pajempoi + et Cesu +, permettent de simplifier les démarches des particuliers.

Lire aussi

> Logement

• Refonte des aides à la rénovation énergétique

Un dispositif appelé Ma Prime Renov remplace dès à présent le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) pour les ménages les plus modestes. Les foyers aux revenus intermédiaires continuent cependant de bénéficier du CITE jusqu'à décembre 2020 avant de basculer à leur tour dans le nouveau système. Quant aux ménages les plus aisés, ils restent également éligibles au crédit d'impôt mais pour une liste de travaux restreinte. 

• Coup de pouce pour acheter un logement HLM

Les personnes qui achètent un logement du parc social peuvent désormais être exonérées de charges de copropriété concernant les parties communes pendant dix ans. Ces frais (par exemple ravalement ou réfection de toiture) peuvent en effet occasionner de lourdes dépenses susceptibles de freiner un tel achat.

Lire aussi

> Emploi et carrière

• Service gratuit pour faire le point sur sa carrière

Tous les salariés bénéficient dorénavant d'une nouvelle offre d’accompagnement pour construire leur projet professionnel (acquisition de nouvelles compétences, certification, reconversion par exemple). Ce service gratuit est mené par le Conseil en évolution professionnelle (CEP), des opérateurs sélectionnés par appel d’offres par l’organisme France compétences. 

• Révision de l'aide à la création/reprise d'entreprise

Les conditions d'obtention de l'aide à la création et à la reprise d'entreprise (Acre) se resserrent. Ce dispositif consiste en une exonération des cotisations sociales en début d’activité pour les créateurs et les repreneurs de micro-entreprises. Celles créées avant le 1er janvier 2020 conservent un taux d’exonération de 75% leur première année d’activité, mais le verront réduit à 25% puis 10% les deuxième et troisième années. Pour celles créées à partir de 2020, l’éligibilité à l'Acre est désormais soumise à condition, pour se recentrer sur les jeunes, les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires de minima sociaux. En outre, l’exonération de cotisations sociales est réduite à la seule première année d’activité et son taux porté à 50 %. Le bénéfice de l’exonération est en revanche étendu aux conjoints-collaborateurs des travailleurs indépendants.

• Revalorisation modérée du Smic 

Le montant du Smic brut horaire augmente de 1,2% pour atteindre 10,15 euros, soit 1 539,42 euros mensuels pour 35 heures hebdomadaires. Cela correspond à un salaire net de 1.219 euros.

Lire aussi

Prestations sociales

• APL, AAH et prime d'activité quasiment gelées

La prime d'activité, les aides personnalisées au logement (APL) et l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ne sont revalorisées que de 0,3%. Un taux qui reste donc très inférieur à l'inflation attendue sur l'année (1%). 

• Augmentation du minimum vieillesse 

L'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), souvent appelée minimum vieillesse, augmente de 35 euros pour atteindre désormais 903 euros pour une personne seule. 

Lire aussi

Factures et dépenses

• Envolée du prix du timbre

Le timbre rouge passe à 1,16 euro (contre 1,05 euros auparavant) et le vert à 0,97 euro (contre 0,88 euro). Soit des augmentations de respectivement 10,5% et 10,2%. 

• Hausse du prix du tabac

Les paquets de certaines marques coûtent 10 centimes de plus que fin 2019. C'est par exemple le cas des "Lucky Strike Original rouge mélange américain" qui passent à 9,10 euros ou des "Lucky Strike Original rouge 100% Tabac Select" et des "Winfied Rouge Regular" qui s'affichent désormais à 9,20 euros. 

• Baisse du prix du gaz 

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie diminuent de 0,9%. En détail, le repli est de 0,2% pour ceux qui utilisent cette énergie pour la cuisson, de 1% pour ceux qui s'en servent pour se chauffer et 0,5% pour ceux qui en ont un double usage. Sur l'ensemble de 2019, les tarifs avaient baissé de 11,9%.  

• Remboursement intégral de certaines paires de lunettes

La réforme du 100% santé poursuit son déploiement. Les opticiens doivent désormais proposer une gamme de lunettes (monture + verres) à tarif plafonné et intégralement remboursable par l'Assurance maladie et la mutuelle. 

• Vers un dé-remboursement de l'homéopathie

Les médicaments homéopathiques jusqu’ici remboursés à 30% ne le sont désormais plus qu'à 15%.

• Tarifs des assurances légèrement rehaussés

Selon les professionnels, les primes d'assurance augmenteraient en moyenne de 0,5% et celles d'assurance habitation d'en moyenne 1%

• Durcissement  du malus écologique 

Le malus écologique est sévèrement accentué pour ceux qui achètent une voiture neuve émettant d'importantes quantités de CO2. Le seuil de déclenchement du nouveau barème est en effet abaissé à 110 g/km et les tarifs, désormais plus élevés, atteignent un plafond de 20.000 euros au-delà de 184 g/km (contre 10.500 euros maximum jusqu'ici).

Lire aussi

À noter aussi que les objets en plastique à usage unique sont désormais bannis des commerces. Cotons-tiges, couverts, verres, assiettes, pailles ou touillettes peuvent toutefois êtres proposés dans des matières jetables et biodégradables (bois ou carton par exemple) ou réutilisables (inox par exemple).  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vendée Globe -"C'était un truc de barjot !" : les premiers mots de Kevin Escoffier après son sauvetage

EN DIRECT - Vaccin anti-Covid : Véran promet "une campagne d'information et d'explication"

Pris au piège dans sa maison, un obèse de plus de 250 kg bientôt évacué

VIDÉO - Qui sera élue Miss France 2021 ? Découvrez les photos officielles des 29 candidates

Vendée Globe : Escoffier en détresse, délicate opération de sauvetage en cours

Lire et commenter