Face à la hausse des accidents des trottinettes, les assureurs se ruent sur le marché

Face à la hausse des accidents des trottinettes, les assureurs se ruent sur le marché

COUVERTURE - Suite à la recrudescence des accidents impliquant des trottinettes dans les grandes villes, les assureurs s’engouffrent dans la brèche, explique "Le Parisien". D’autant qu’assurer son deux-roues, est normalement obligatoire.

La trottinette a le vent en poupe. Popularisée il y a plusieurs années chez les plus jeunes, elle est désormais très prisée par les adultes, que ce soit les classiques ou les électriques, notamment depuis l’apparition de systèmes en libre-service dans certaines grandes villes. Or, en un an, les accidents ont bondi de 20 % à Paris selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, voire de 50 % en Seine-Saint-Denis, jusqu’à atteindre les 200 % en Seine-et-Marne.

Un état de fait qui pousse les assureurs à se tourner vers ce nouveau marché qui pourrait s’avérer très lucratif, explique Le Parisien ce mercredi. Et plusieurs assureurs ont déjà des options réservées aux trottinettes. C’est le cas de Luko, qui s’occupe d’ordinaire des hoverboards, gyropodes, gyroroues ou tout ce qui est appelé NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels). Ainsi, il faut compter une dizaine d’euros pour obtenir une garantie de responsabilité civile couvrant les dommages à un tiers ou corporels. La plateforme d’assurance qui propose même la garantie contre la casse ou le vol moyennant quelques euros supplémentaires.

Lire aussi

Assurance obligatoire

Pour la société, tout est parti du nombre croissant d’accidents impliquant ces deux-roues dernièrement. Le fondateur de Luko rappelle par ailleurs que les possesseurs de ces engins doivent obligatoirement être assurés. Normalement. "Ils sont soumis à la même obligation d’assurance de responsabilité civile que les véhicules motorisés tels que les motos ou voitures", précise Raphaël Vullierme dans Le Parisien. Le quotidien qui indique également que la société d’assurances Allianz, propose une formule dans le même ordre d’idée, pour environ 100 € par an.

Aujourd’hui, les trottinettes roulent encore sur les pistes cyclables et les trottoirs, mais une loi devrait leur interdire prochainement ces derniers. Les professionnels du secteur pourront alors décider de l’utilité, ou non, de ce proposer ce genre d’assurance.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccination contre le Covid-19 : près de 160.000 injections réalisées ces dernières 24 heures

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter