Faut-il miser sur l’introduction en Bourse de la Française des Jeux ?

Mon argent

Toute L'info sur

La privatisation de la FDJ

PRIVATISATION - Au mois de novembre, les investisseurs vont pouvoir entrer dans le capital de la FDJ, l’entreprise qui gère notamment les jeux de loterie en France. Un investissement judicieux ? Explications et conseils.

La privatisation de la Française des Jeux (FDJ) qui interviendra début novembre fait couler beaucoup d’encre. Alors que les spots publicitaires incitent les particuliers à investir et que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire explique vouloir, avec cette privatisation, faire de la FDJ « l’entreprise des Français », nous vous proposons notre analyse de la situation. En quoi consiste la privatisation, selon quelles modalités aura-t-elle lieu ? Est-il judicieux d’investir ? Comment s’y prendre ? Toutes nos explications.  

Ce qu’il faut savoir sur l’introduction en Bourse de la FDJ

La Française des Jeux fait partie de la vague de privatisation prévue par la loi Pacte (avec Aéroports de Paris et Engie). Cela signifie que l’État, qui détient actuellement 72 % de la capitalisation de la société, va procéder à une introduction en Bourse pour ouvrir une partie du capital détenu aux investisseurs particuliers et professionnels. Ainsi, il sera possible d’acheter des actions de la FDJ, c’est-à-dire des parts de cette société, aujourd’hui détenues par l’État, à partir du 7 novembre 2019 et jusqu’au 20 novembre 2019. La première cotation en Bourse aura elle lieu le 21 novembre 2019. Après l’introduction en Bourse, l’État ne détiendra plus que 20 % du capital de la Française des Jeux. Il s’agit de la plus importante introduction en Bourse en France depuis 2017.

Consultez notre vidéo : Pourquoi investir en Bourse est une idée judicieuse

Nos conseils pour investir judicieusement

La Française des Jeux est une entreprise qui peut compter sur l’intérêt des Français pour les jeux de loterie, à gratter et des paris sportifs. On dénombre en effet 25 millions de joueurs dans notre pays qui ont misé 15,8 milliards d’euros en 2018. L’an dernier, la Française des Jeux a réalisé 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires et 170,4 millions d’euros de bénéfices nets. 

La Française des Jeux semble être une société potentiellement attractive. Cependant, pour que l’investissement soit intéressant, il conviendra de ne pas payer trop cher ses titres. Pour découvrir les fourchettes de prix auxquelles il est avantageux d’investir dans la FDJ, consultez notre dossier spécial Que faut-il attendre de l’introduction en Bourse de la Française des Jeux

À noter : le gouvernement qui souhaite encourager l’actionnariat populaire prévoit des conditions d’ouverture du capital particulièrement favorables aux petits actionnaires, à savoir, 2 % de décote et 10 % d’abondement pour les investisseurs particuliers qui garderont leurs titres au moins 18 mois. Ainsi, une décote de 2 % sur le prix de l’action achetée sera appliquée et une action gratuite sera accordée pour dix actions achetées. 

L’info en plus : comment s’y prendre pour acheter des actions FDJ

La période de souscription a lieu du 7 au 20 novembre. Durant cette période, vous pouvez vous rapprocher de votre banque ou de votre courtier en ligne pour acheter des actions FDJ. Il vous communiquera les modalités exactes d’achat. Attention, en cas de trop forte demande, vous ne pourrez peut-être pas obtenir le nombre d’actions souhaité. À partir du 21 novembre, les investisseurs ayant participés à l’introduction en Bourse recevront leurs actions et le titre FDJ sera coté en Bourse. Attention, le titre FDJ pourra alors voir son cours de Bourse varier à la hausse comme à la baisse. Il existe donc un risque de perte en capital. De fait, si l’actionnaire vend son titre lorsque le cours de ce dernier est moins élevé que le prix d’achat, il réalise une moins-value et perd de l’argent.

Retrouvez notre article 10 conseils pour bien choisir son courtier Bourse en ligne

Cet article ne doit en aucun cas s'apparenter à un conseil en investissement ou une recommandation d'acheter, de vendre ou de continuer à détenir un investissement. LCI ne saurait être tenue responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement sur la base de cet article.

Sur le même sujet

Et aussi