Faut-il s'inquiéter d'une pénurie de beurre ?

DirectLCI
INFLATION - La hausse du prix du beurre continue, faisant craindre une pénurie. En cause : des conditions météo défavorables qui font flamber les coûts de l'alimentation des vaches et une demande beaucoup plus forte qu'auparavant.

Sans lui, viennoiseries et pâtisseries seraient bien insipides. Problème, le beurre est de plus en plus cher, son prix ayant augmenté "de plus de 90% depuis plus d’un an", s’inquiète la FEB (Fédération des entrepreneurs de boulangerie/pâtisserie). De là à craindre une hausse du prix des croissants et des gâteaux ? "Pour l’instant, nous maintenons les prix jusqu’à la fin de l’année, explique à LCI Patrick Lallement, boulanger-pâtissier, avant d’avertir les consommateurs : "Si la situation ne revient pas à la normale, il y aura une conséquence sur les prix de vente de nos produits". 


La hausse des coûts de la matière grasse s’explique. Ces dernières années, elle a suscité un véritable regain d’intérêt dans le monde entier, notamment en Asie où pâtisseries et viennoiseries font fureur. Mais aussi aux Etats-Unis où le beurre, autrefois décrié, a été réhabilité après qu’un article du Times en a vanté les bienfaits. 

Tenir jusqu'au printemps

Face à cette augmentation de la demande, les producteurs laitiers n’ont pas su tenir la cadence. "La production laitière est en baisse depuis la fin de l’année 2016 en raison du climat qui n’a pas été favorable", souligne Benoît Rouyer, économiste spécialiste des produits laitiers. Selon lui, "les récoltes fourragères n’ont pas été bonnes et on n’a pas pu alimenter les vaches laitières de façon totalement convenable. Par conséquent, leur production est en baisse".


Les rayons des centres commerciaux, livrés en priorité, vont continuer à être garnis de plaquettes de beurre. Mais leur prix pourrait augmenter. La pénurie devrait, elle, durer jusqu’à cet hiver avant que la production de lait reparte à la hausse au printemps. 

Plus d'articles

Sur le même sujet