Faux médicaments : les conseils pour éviter les contrefaçons

Mon argent

SANTE – Les Académies de médecine, pharmacie et vétérinaire alertent sur la progression des faux médicaments. Metronews vous donne les conseils pour déjouer les ventes frauduleuses.

Aujourd’hui, un quart des colis postaux interceptés par les douaniers européens contiennent des faux médicaments. Une constatation faite par l’Institut de recherche anti-contrefaçon des médicaments  (Ircam) , et qui concerne maintenant l’Europe, essentiellement par le biais des ventes par internet.

► Qu’est-ce qu’un faux médicament ?
L’Ircam rappelle qu’il s’agit d’un "produit qui a l’apparence d’un médicament mais qui n’en est pas un". Inefficacité, surdosage, mauvais ingrédients... il représente un danger pour les patients. Il s’agirait même du premier trafic au monde devant la marijuana. Comme le détaille l’Ircam dans son livret d’information à consulter ici , tous les médicaments peuvent être contrefaits (sirops contre la toux, vaccins, produit contre les troubles érectiles, etc.).

EN SAVOIR + >>  50% des médicaments commandés sur Internet sont des faux

► Consultez la liste officielle des pharmacies en ligne
Aujourd’hui, de nombreux Français achètent leurs médicaments sur internet, des produits disponibles sans ordonnance ou des médicaments auxquelles les patients n’ont pas accès en France. Pour être certain de faire vos achats sur un site sécurisé, l’Ordre national des pharmaciens a mis en ligne un moteur de recherche consacré aux sites autorisés à la vente en ligne de médicaments. Le site détaille également la liste des sites par régions. Bon à savoir : un site doit forcément renvoyer vers une officine qui a un emplacement physique. Elle doit avoir reçu une autorisation avant de pouvoir ouvrir une e-pharmacie.

EN SAVOIR + >>  Pharmacie en ligne : mise en garde contre les contrefaçons

► Méfiez-vous des prix trop alléchants
L’Ircam rappelle qu’un médicament, même en ligne, a un coût minimum. "Un écart de prix, supérieur à 30%, doit vous mettre la puce à l’oreille". Pour plus de sécurité, faites preuve de bon sens et ne vous précipitez pas sur un produit avec une promesse santé démesurée.

 Sachez identifier le bon logo
Pour être facilement repérable par les clients, un logo est présent sur le site internet des officines avant d’en vérifier la légalité. Il s’agit d’une croix blanche apposée sur trois bandes vertes et une bande grise.

 Refusez systématiquement les médicaments normalement vendus avec ordonnance
Un site internet ne doit pas vendre de médicaments disponibles uniquement sur ordonnance, c’est une pratique interdite. De plus, méfiez-vous d’une plateforme qui comporte des fautes d’orthographe. Au moment du paiement, vérifiez également que l’adresse du site débute bien par "https" comme ça doit être le cas pour tous les sites où vous effectuez des paiements en ligne.

► Scrutez l’emballage
Comme le conseille l’Ircam, inspectez l’emballage à réception du médicament. Son conditionnement doit être identique à celui de la pharmacie et l’emballage, fermé et intact. Lisez bien la notice pour vous assurer qu’elle est en français et faites attention à l’automédication qui peut avoir des conséquences néfastes. A la moindre question, parlez-en avec votre médecin pour éviter les interactions dangereuses.

A LIRE AUSSI >>  Attention : ce ne sont pas des médicaments

Lire et commenter