Ferez-vous partie des 3,6 millions de personnes dont les frais d'incidents bancaires seront plafonnés ?

Mon argent
DirectLCI
INTERVIEW - Les banques se sont engagées ce mardi à plafonner les frais d'incidents bancaires pour les populations les plus fragiles, en ne confirmant toutefois ni le nombre de bénéficiaires ni le montant maximum avancés par l'Elysée. Interrogée par LCI, l'Association française des usagers des banques apprécie quelques avancées, mais expprime sa crainte d'une hausse des frais appliqués aux autres clients.

"C'est un effet d'annonce qui tend à une certaine duplicité". C'est avec ces propos teintés d'une déception certaine que Serge Maître qualifie le plafonnement des frais d'incidents bancaires à 25 euros par mois pour 3,6 millions de personnes, annoncé mardi 11 décembre par l'Elysée.


Le représentant de l'Association française des usagers de banques (Afub), interrogé au lendemain de cette annonce par LCI, reconnaît des avancées tout en déplorant que de nombreuses questions restent en suspens. 

LCI :  Pourquoi cette mesure n'est-elle pas si convaincante à vos yeux ? 

Serge Maître, représentant de l'Afub : On aurait tendance à se dire que ce plafonnement des frais d'incidents bancaires est magnifique. La présidence de la République annonce qu'ils seront "plafonnés à 25 euros par mois pour les populations les plus fragiles" et que cela "pourra bénéficier à 3,6 millions de personnes". Cela soulève beaucoup trop d'interrogations. A commencer par savoir qui en bénéficiera. Il y a un mois et demi, une première protection consistant à plafonner ces frais à 200 euros par an pour les population fragiles -notamment inscrites au fichier de la Banque de de France- a déjà été annoncée [la mesure concerne 375.000 personnes bénéficiant de l'offre spécifique bancaire, NDLR]. 


En ce qui concerne les 3,6 millions de personnes désormais évoquées par l'Elysée, il est impossible de savoir de qui il s'agit. Pour l'instant, nous nous demandons en effet quels sont les critères qui vont permettre de caractériser les bénéficiaires qui pourront prétendre à ce plafonnement. 

Même si les critères ne sont pas encore connus, ce chiffre de 3,6 millions de bénéficiaires n'est-il néanmoins pas satisfaisant ?

Non, au contraire 3,6 millions de personnes, cela reste vraiment insuffisant puisqu'il y a au moins six ou sept millions de personnes à qui cette mesure profiterait. Limiter cette protection à une partie des personnes concernées risque de provoquer un effet pervers, comme nous l'avons constaté dans le passé. Nous pouvons en effet craindre que ce plafonnement conduise les banques à se rattraper sur les 3 ou 4 millions d'usagers qui ne seront pas protégés. Ceux-ci pourraient alors avoir à supporter d'importantes augmentations tarifaires, certes pas pendant les 12 mois qui viennent, mais dans un an. 

On attendait un geste fort, on a un geste flouSerge Maître, de l'Afub

 Vous craignez également que les banques n'appliquent pas ce plafonnement...

Oui, il est en effet légitime de se demander quelle est la réalité de ce plafonnement. Ces 25 euros par mois, écrits noir sur blanc dans le communiqué de l'Elysée, n’apparaissent pas dans celui de la  Fédération bancaire française (FBF), qui représente la plupart des banques. La FBF indique que le plafonnement sera librement déterminé par chaque établissement et rappelle la liberté de chacun d'eux de déterminer le plafond de cette tarification au regard de ses coûts et de sa politique commerciale. Le chiffre de 25 euros n'apparaît ainsi pas du tout dans son texte.  On attendait un geste fort, on a plutôt un geste flou. 


En revanche, l'engagement cette fois clairement pris par les banques de bloquer la hausse des tarifs bancaires programmée en 2019 est une avancée que nous apprécions. Cela ne va cependant pas véritablement rendre du pouvoir d'achat aux usagers. Les premières grilles tarifaires communiquées pour l'année prochaine montraient en effet une tarification dans les limites de l'inflation. Le geste ne sera donc pas énorme.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter