Foie gras : attendez-vous à des prix majorés de 10% pour les fêtes à cause de la grippe aviaire

Foie gras : attendez-vous à des prix majorés de 10% pour les fêtes à cause de la grippe aviaire

DirectLCI
RÉVEILLONS - La filière du foie gras a été fragilisée ces deux dernières années par une épidémie de grippe aviaire. Conséquence : une production en baisse et... des prix en hausse.

Ce qui est rare est cher. Cette maxime n'a jamais été aussi vraie pour le foie gras depuis l'épidémie de grippe aviaire qui a décimé les élevages de volailles en France en 2015 et 2016. Certes, la production de canards a repris dans le Sud-Ouest au début de l'été 2017 mais les quantités disponibles pour les fêtes seront moins importantes : de 37 millions de canards dans l'Hexagone en 2015, le cheptel est passé à 23 millions de têtes en 2017. Soit une chute de 38% en deux ans, rapporte l'agence Reuters reprise par Ouest-France


Ainsi, il faut s'attendre à des prix majorés de plus de 10%, surtout à l'approche des réveillons, selon les estimations données par les producteurs du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog). Au point que son président, au micro de nos confrères de RTL, conseille aux amateurs de foie gras de ne pas tarder pour faire leurs emplettes. 

En vidéo

LCI matin week-end : Comment bien choisir son foie gras ?

La production d'Europe centrale aussi touchée par la grippe aviaire

D'autant que cette raréfaction de l'offre en France sera difficilement compensée par les importations de Bulgarie et de Hongrie, également touchées par ce virus. Les grossistes français comptent pourtant depuis quelques années sur ces productions d'Europe centrale pour alimenter le marché du foie gras bon marché.  

La filière foie gras, qui représente 100.000 emplois en France, reste fragilisée. Non seulement les éleveurs restent dans la crainte d'un nouvel épisode de grippe aviaire mais aussi ceux qui ont dû procéder à des abattages de masse attendent toujours la totalité de leurs indemnisations. Car si les aides correspondant à la crise de 2015-2016 ont bien été versées, celles de l'hiver dernier ne l'ont été pour le moment qu'à 50%. 

Plus d'articles

Sur le même sujet