Français, dis-moi à quoi tu joues

Mon argent
DirectLCI
ÉTUDE - Nous préférons les jeux de société et les jeux de plein air aux jeux vidéo ou aux jeux d'argent, selon un sondage Opinionway pour la FDJ.

Etre ensemble et au grand air, c'est ce qu'il y a de mieux pour s'amuser. En matière de jeux, 40% des Français plébiscitent les jeux de société, tandis que 25% préfèrent ceux en plein air, 25% également ont un faible pour les jeux sociaux sur internet (comme Candy Crush), 23% craquent pour les jeux vidéo et enfin seulement 11% apprécient les jeux d'argent et de hasard. C'est ce qui ressort d'une étude menée par Opinionway pour la Française des jeux ( FDJ ), présentée jeudi 13 novembre 2014.

Jouer ensemble, autour d'un plateau ou en plein air
Que ce soit autour d'un Docteur Maboul ou d'un ballon de football, les Français préfèrent donc jouer ensemble, même si 74% des sondés reconnaissent qu'il leur arrive de jouer seuls dans leur coin. "Ce qui semble compter le plus, la relation humaine, la présence, l'émotion d'être ensemble", estime Joël de Rosnay, écrivain scientifique, prospectiviste et conseiller de la Présidente d’Universcience.

Et ces jeux sont bons pour le moral : 80% des personnes interrogées estiment que les jeux de plein air ont un impact positif sur leur humeur (76% pour les jeux de société). "Ce qui plait, c'est qu'il faut une stratégie pour gagner. On a du plaisir quand on gagne et on est triste quand on perd", observe-t-il.

Les jeux vidéo, un monde trop virtuel
Les jeux vidéo, tout comme les jeux sur tablette et smartphone, inspirent plutôt un sentiment négatif. En effet, seuls 34% des sondés estiment que ceux-ci peuvent les rendre de bonne humeur. "On est trop dans le monde virtuel et les gens le ressentent", souligne Joël de Rosnay. Les joueurs se laissent plutôt emporter par l'excitation (43%), la colère (26%) ou la frustration (26%). Mais cela n'empêche pas certains d'y trouver de la satisfaction (29%), du bonheur ( 21%) et même de la sérénité (14%). 

Cependant les jeux sérieux (ou "serious games") qui permettent de jouer en apprenant ou d'apprendre en jouant ont le vent en poupe. "Ils vont représenter un marché de 10 milliards de dollars en 2015", nous assure le prospectiviste, tout en rappelant le succès par exemple de SimCity, dans lequel le joueur se met à la place d’un responsable politique, écologique et économique d'une municipalité.

► Les jeux d'argent et de hasard, pour l'excitation
Qui dit jeu, dit jeu d'argent. 11% des Français disent y jouer de préférence, soit 5 points de moins que l'an dernier. La faute à la crise selon Laetitia Olivier, directrice de la communication de la Française des Jeux. "Nos jeux étant payants, les gens font des arbitrages budgétaires". Quant aux 52% des Français qui estiment que les jeux d'argent et de hasard ont un impact négatif sur leur humeur ? "L'imaginaire d'un jeu d'argent est de gagner, forcément beaucoup sont déçus. Et parfois cette déception est importante".

Mais ces jeux sont aussi pour 39% des Français source d'excitation. Et pour cause pour Laetitia Olivier, "il y a un suspens, on va défier la chance, le hasard. Tout le monde est sur la même grille de départ. C'est une zone d'aléas, qui fait monter l'adrénaline." Et à ceux qui considèrent que ces jeux sont avant tout solitaires, la réponse de la FDJ viendra l'an prochain avec un Loto collectif.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter