La fraude au paiement sans contact à la plage, nouvelle arnaque de l'été ?

La fraude au paiement sans contact à la plage, nouvelle arnaque de l'été ?
Mon argent

GALÈRE DE VACANCES - La crainte de se voir dérober de l'argent sur la plage est sans doute partagée par de nombreux estivants. Si le vol de portefeuille est un vrai risque, qu'en est-il du paiement sans contact dont de nombreuses cartes bancaires sont équipées ?

Des pirates des plages, équipés d'un terminal de paiement, étendant leur serviette à côté de la vôtre et ponctionnant votre compte en banque. C'est le mauvais tour contre lequel le quotidien régional Nice-matin mettait en garde mardi. Une "arnaque de l'été" consistant à voler de l'argent sur la plage par le biais des cartes bancaires équipées de l'option "sans contact". 

Ce mécanisme est possible mais... rare. "On commence à le voir se développer mais cela reste un phénomène marginal", indique ce mercredi au Parisien Frédéric Le Pollozec, commissaire de Menton, dans les Alpes-Maritimes. Le risque serait, selon lui, plus important dans les transports en commun bondés aux heures de pointe car les usagers s'y trouvent bien plus proches. 

Lire aussi

Dans le dernier rapport annuel de l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP), publié en juillet 2019 et parcouru par nos confrères du Parisien, il est en outre précisé que "la fraude sur les paiements sans contact résulte seulement du vol ou de la perte de la carte. Il y est aussi rappelé que certaines mesures "permettent de limiter le préjudice".  D'une part, les banques fixent en effet des plafonds ne permettant généralement pas de dépasser 30 euros par transaction. D'autre part, le cumul des transactions pouvant être effectuées d'affilée sans taper le code confidentiel est généralement fixé à 100 euros.  Enfin, précise cette institution qui dépend de la Banque de France, le porteur de la carte  est "protégé par la loi en cas de fraude et ne supporte aucune perte"... à condition de le signaler à son banquier.

Sans oublier, qu'un malfaiteur qui parviendrait à déclencher un paiement à distance pourrait difficilement rester anonyme, car les terminaux sont tracés. Pour brouiller les pistes, il lui faudrait alors utiliser une technique dite de "l'attaque par relais" et nécessitant un complice, expliquait de son côté Arte en septembre alors qu'une vidéo mettant déjà en garde contre ce type de fraude faisait le buzz sur Internet. Le premier doit en effet aspirer les données de la carte en collant son smartphone à celle-ci tandis que le second, ayant reçu les données, paie via son mobile sur un terminal de paiement. Une opération uniquement possible pendant le laps de temps où le terminal de la victime est en contact avec le téléphone du premier. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter