Fromage : que valent vraiment les appellations d'origine protégées (AOP) ?

BIEN-ÊTRE
PAS SI TRADI - Pour une majorité de Français, l'AOP certifie le respect de la tradition et du terroir. Pourtant, en ce qui concerne les fromages, bon nombre sont industriels.

La France est évidemment le pays du fromage. Nous en avalons 25 kilos par an et par personne. Mais comment choisir les meilleurs produits ? En théorie, l'"Appellation d'origine protégée" est faite pour cela. Sauf que, quand on gratte derrière les étiquettes, on se rend compte qu'ils sont très souvent fabriqués par des industriels.


Selon une journaliste indépendante, auteure de Main basse sur les fromages AOP, les trois groupes Savencia, Sodiaal et Lactalis se partageraient le plus gros du plateau. Les équipes de TF1 se sont rendues sur un marché parisien pour interroger les crémiers : beaucoup ignorent l'origine de leurs produits car ils se fournissent auprès d'un grossiste à Rungis... qui lui-même choisit sur les catalogues des grandes laiteries. Simple et rentable.

On peut ainsi trouver par exemple deux types de Fourme de Montbrison sous AOP : une fabriquée de manière traditionnelle, une autre de manière industrielle. Car pour obtenir ce label, il faut respecter une certaine taille, une zone de production... mais aucune exigence sur la race laitière et l'alimentation des vaches, ni sur la durée d'affinage. Des critères fixés par l'organisme de défense et de gestion de l'AOP qui est financé en grande partie par les plus gros producteurs.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter