Génial, les insectes envahissent nos assiettes !

Génial, les insectes envahissent nos assiettes !

DirectLCI
GASTRONOMIE - Et si vous vous laissiez tenter par quelques insectes ? A l'apéritif pour grignoter, sous forme de farine ou même au restaurant, il n'y a que l'embarras du choix. Encore faut-il oser sauter le pas.

Parias depuis des siècles de la gastronomie française et européenne, vers, sauterelles ou autres bestioles promettent de devenir pourtant les nouveaux ingrédients pour agrémenter nos plats maison. La raison ? Le signal d’alarme du FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), pronostiquant une baisse dramatique des ressources de la terre d’ici 2050.

Pour pallier cette pénurie alimentaire, la consommation d’insectes par l’homme, ou entomophagie, représenterait l’une des alternatives pour éviter des famines. Reconnus scientifiquement pour leur richesse en protéines (presque équivalente à celle des bovins et des poissons) et en oligo-éléments, les insectes comestibles - au goût de noisette ou de sésame - se chiffrent à 1 900 espèces. On n'a que l'embarras du choix mais encore faut-il oser sauter le pas. Pas de crise d’hystérie lors de la première bouchée : oui ces sauterelles et vers croustillent étrangement sous la dent mais rappellent surtout le bon goût de noisette ou de sésame grillé !

Des sites Internet avec un large choix

Alors, pour initier notre palais réfractaire, de nombreuses variétés importées de Thaïlande, en version déshydratée et salée, sont déjà proposées sur le Net depuis cinq ans. Comme le site  InsectesComestibles.fr , créé par Romain Fessard, l’un des premiers instigateurs de cette tendance et auteur de l’ouvrage "Délicieux ! 60 recettes à base d’insectes" (19,80 € chez Heliopoles), et co-fondateur de la nouvelle start-up Ento Tech et sa marque Insectéo, au look plus glam.

Aujourd’hui, de jeunes entrepreneurs revendiquent la traçabilité de leur production, comme Micronutris basé dans le sud de la France et premier éleveur européen de grillons et de vers de farine nourris à partir de ressources biologiques. Cette société lance une nouvelle gamme accessible à tous : des biscuits artisanaux parfumés à base de poudre d’insectes (7,50 € les 160 g sur mangeons-des-insectes.com/boutique ). Alors que chez Jimini’s, le criquet ou le ténébrio molitor devient le nouvel apéritif branché, décliné dans cinq saveurs (poivre et tomates séchées, sésame, cumin… 6,90 € les 10 g sur jiminis.com ).

Au restaurant aussi

Grâce à ces fermes françaises d’élevage, certains restaurants se lancent déjà dans l’aventure. Un bel exemple avec David Faure du restaurant gastronomique Aphrodite à Nice , et son menu "Alternative Food". "Ces insectes sont torréfiés, concassés, macérés puis mis en scène dans l’assiette", explique-t-il. A tester : petit pois carré et son écume de carottes accompagnés de vers de farine. (menu à 63 €, 10 bd Dubouchage, Tél. : 04 93 85 63 53).

Au Festin Nu , nouveau bar à Paris, les cocktails flirtent avec des tapas à la betterave ou de houmous, escortés de croquant sauterelles ou verres de seco (à partir de 5 €, 10 rue de la Fontaine du But, 75018 Paris Tél. : 01 42 58 60 64). Et dans les autres pays d’Europe ? Certains pays ont une longueur d'avance. En Belgique par exemple, les sœurs Géraldine et Sophie Goffard commercialiseront les premières pâtes fraîches "Aldento" à base de farine d’insectes et de blé dès cet été. Après tout ça, vous prendrez bien un dernier ver ?

Plus d'articles

Sur le même sujet