Réduction de 30% sur les péages autoroutiers : pourquoi l'offre du gouvernement s'est soldée par un échec

Réduction de 30% sur les péages autoroutiers : pourquoi l'offre du gouvernement s'est soldée par un échec
Mon argent

FLOP - Lancée en pleine crise des Gilets jaunes, en janvier 2019, l'offre de réduction de 30% du prix des péages voulue par le gouvernement, dès dix allers-retours, n'a séduit que... 100.000 automobilistes, soit dix fois moins que l'objectif espéré.

C'est une augmentation du prix des carburants qui avait mis le feu aux poudres. Il y a un peu plus d'un an, en janvier 2019, le gouvernement, soucieux d'éteindre l'incendie de la crise des Gilets jaunes, avait alors entrepris de freiner la hausse annuelle (et mathématique) des prix des péages autoroutiers via une réduction de 30% pour des trajets domicile-travail à partir de dix allers-retours par mois, quelle que soit la longueur des trajets. 

Ce jeudi, Le Parisien dresse un bilan de cette mesure : seuls 100 .000  automobilistes en ont bénéficié, loin, très loin du million initialement visé par Emmanuel Macron. 

Voir aussi

"Clairement pas suffisant"

La faute, d'abord, à un système trop complexe. Le quotidien francilien note par exemple que la réduction ne s'applique pas sur des trajets autoroutiers qui comportent des tronçons gérés par des concessionnaires différents (Vinci, APRR et Sanef étant les principaux), ceux-ci affirmant qu'il est impossible de s'échanger les données entre eux. 

Autres exceptions : les portions d’autoroutes dotées d’ouvrages spécifiques, comme le tunnel du Mont-Blanc (Haute-Savoie), ou encore les concessions les plus petites, qui sont tout de même au nombre de 12 sur un total de 20...

Voir aussi

"Les 100.000 abonnements au 31 décembre 2019, ce n’est clairement pas suffisant. Nous estimons que les concessionnaires n’ont pas suffisamment communiqué sur cette offre. Nous allons leur demander d’informer davantage", pointe, de son côté, le ministère des Transports. 

En vidéo

Où va l’argent des autoroutes ?

Une pique à laquelle l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (Asfa), elle aussi citée par Le Parisien, répond : "Sur les trajets domicile-travail, il y a des abonnements plus intéressants avec des réductions jusqu’à 50%. Il faut replacer ce chiffre dans son contexte. Nous avons 1,2 million d’automobilistes abonnés, dont 100.000 bénéficient de 30% de réduction dès dix allers-retours." Dit autrement : des offres plus intéressantes existaient déjà.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent