Glyphosate et pesticides : certaines couches-culottes contiennent encore des traces de produits chimiques

Glyphosate et pesticides : certaines couches-culottes contiennent encore des traces de produits chimiques

DirectLCI
ALERTE SANTÉ - Résultats mitigés pour la nouvelle étude du magazine 60 millions de consommateurs, qui met en évidence la présence de substances toxiques telles que le glyphosate et des pesticides dans les produits d'hygiène pour bébé comme les couches-culottes. Si certaines marques se sont améliorées, d'autres ont régressé.

On trouve encore des produits toxiques dans les couches et les produits d'hygiène pour bébé. Ce sont les révélations faites par 60 millions de consommateurs pour la seconde année consécutive. Le magazine a repris 23 août la méthode de son étude de début 2017, qui publiait les résultats d’analyses de couches, révélant la présence de résidus à risques toxiques dans une majorité de produits pour nourrissons. Dont, notamment, des résidus de glyphosate, des traces de dioxines et d’autres pesticides. 

Objectif "zéro résidus toxiques" réaliste

Lingettes, crèmes, laits et couches-culottes. Dans l’essai réalisé cette année, plusieurs références sont encore concernées par la présence de substance nocive, sur les 155 produits étudiés. Néanmoins, l’association écrit que leur précédente étude "semble avoir bouleversé le marché de la couche-culotte". Un an après, de nouvelles marques sont apparues en prônant une composition "zéro résidus toxiques" et les anciennes accusées ont - pour certaines - rectifié le tir. Notamment le leader Pampers, dont les résultats d’analyse sont bien meilleurs. Preuve selon 60 millions de consommateurs, "que l’objectif zéro résidus toxiques dans les couches est atteignable dans des délais relativement courts."


Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint de "60 millions de consommateurs", s’exprime ainsi sur France Info : "Si leurs concurrents, qui n'ont pas forcément les mêmes moyens financiers, peuvent se passer des substances toxiques dans leurs produits, alors ces grandes marques peuvent le faire aussi."

Des traces de glyphosate dans quatre références de couches

Les résultats de cette édition 2018 sont donc plutôt encourageants : le nombre de couches ne contenant aucune trace est plus important que l’année précédente, ce qui veut dire que la majorité des références analysées ne contiennent pas de substances indésirables.


Pour autant, les nouveaux tests ont mis en évidence la présence d’un résidu du glyphosate dans quatre références. Des traces d’autres substances peu recommandables comme des pesticides, composés organiques volatils ou halogénés, ont également été détectés dans plusieurs couches. Une déception d’autant plus grande que les deux références s’étant illustrées en 2017, ont régressé cette année. 

Lutter contre le manque de transparence du secteur

L’utilité de ces tests est évidemment d'informer les parents, face au manque de transparence du secteur quant à la composition exacte des couches-culottes. En étudiant avec attention les emballages des références testées, l’équipe du magazine confirme que les fabricants ne font toujours pas figurer sur chaque emballage le nom des matières premières composant leurs produits. Benjamin Douriez regrette notamment qu’à ce jour, "aucune réglementation n'oblige à indiquer la composition exacte des couches" et que ce soit au consommateur de faire la démarche pour aller consulter l’information mise à disposition par certaines marques sur internet. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter