Grèves RATP-SNCF : Pécresse exige "le remboursement intégral" du Navigo pour tous les voyageurs franciliens

Grèves RATP-SNCF : Pécresse exige "le remboursement intégral" du Navigo pour tous les voyageurs franciliens

INDEMNISATION - Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, demande aux réseaux publics de transport de rembourser les voyageurs franciliens subissant la grève de plein fouet depuis deux semaines. Sur RTL ce jeudi, elle a appelé de ses vœux la création dès le 1er janvier d'une plateforme dédiée sur le site Vianavigo.com.

Avant même que la grève reconductible du 5 décembre ne débute, Valérie Pécresse avait prévenu que si le service minimum n'était pas assuré dans les transports en commun franciliens, elle demanderait que les usagers reçoivent un remboursement. Celle qui porte la double casquette de présidente de la région île-de-France et de présidente d'Île-de-France Mobilités (ancien Stif) a concrétisé cette annonce.

Invitée sur RTL ce jeudi 19 décembre, elle a précisément demandé "à la RATP et à la SNCF de rembourser les voyageurs intégralement pour tous les jours de grève". Elle a  évalué, à ce stade, à "environ 100 millions d'euros" le coût de ces quinze jours de perturbations liées au mouvement social contre la réforme des retraite. "Et qu'on ne m'oppose pas le fait que sur certaines lignes il y aurait du service de fait, car la vérité c'est que pour tous les voyageurs, le service minimum a été égal à quasi zéro", a-t-elle lancé.

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Lire aussi

Une plateforme permettant aux usagers de demander le remboursement

Concrètement, une "plateforme de remboursement" pourrait ainsi être mise en place sur le site Vianavigo.com pour permettre aux intéressés "dès le 1er janvier d'y demander le remboursement", a-t-elle précisé. À noter toutefois, qu'il est nécessaire que la RATP et la SNCF donnent au préalable leur accord pour que les indemnisations aient lieu. 

Comme le rappelait Valérie Pécresse fin novembre, "Île-de-France Mobilités a passé un contrat avec la SNCF et la RATP avec l’obligation de réaliser un service minimum aux heures de pointe". Afin d'appuyer son propos, la présidente de la région a assuré que "moralement" ces opérateurs le doivent au voyageurs qui ont subi "une souffrance inexprimable". Elle en a en outre appelé "l'État, tutelle politique et économique" de ces deux entités à "faire ce geste". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

EN DIRECT - JO de Tokyo : Les volleyeurs français peuvent rêver de quarts de finale

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.