Île-de-France : une aide de 100 euros par lycéen boursier versée ce mois-ci

Une jeune fille portant un masque / Photo d'illustration

DÉPENSES - Arrêt de la cantine, équipement informatique... pour faire face aux surcoûts liés à la crise, la région Ile-de-France va verser courant juin une aide financière aux familles de lycéens boursiers. Valérie Pécresse, la présidente de la région, l'a annoncé ce vendredi dans un courrier qui leur est destiné.

Évoquée une première fois en avril, l'aide a non seulement été confirmée mais aussi revue à la hausse. Les familles de lycéens boursiers d’île-de-France vont recevoir 100 euros par enfant concerné (au lieu de 60 euros d'abord envisagés). Cette somme servira à faire face aux différents surcoûts liés à la crise sanitaire, explique la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, ce vendredi 12 juin, dans un courrier adressé aux parents des élèves boursiers. 

"Avec votre enfant à la maison pendant trois mois, vous avez dû faire face à de nombreux surcoûts, liés d’une part à la fin de l’accès aux cantines scolaires dont les tarifs sont très favorables aux lycéens boursiers, et d’autre part à l'équipement et l’abonnement internet nécessaires pour assurer la continuité pédagogique avec les enseignants", souligne la présidente de la région dans cette lettre dont le contenu est rapporté par l'Agence-France Presse.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Concrètement, cette aide sera versée "dans le courant du mois de juin" par l’établissement scolaire du lycéen. Etant cumulable dans le foyer, elle s'élèvera donc par exemple à 200 euros pour une famille comptant deux enfants boursiers scolarisés dans un lycée.  A noter que la région se chargera également de "la fourniture des masques de protection" dont l'élève pourrait avoir besoin "lors de son retour en classe", précise encore Valérie Pécresse dans ce même courrier. 

Par ailleurs, au niveau national cette fois, le Premier ministre a annoncé début mai qu'une aide de 200 euros serait versée, également en juin, à 800.000 "jeunes précaires ou modestes de moins de 25 ans". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quatre malades de La Réunion évacués vers la métropole, une première

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy invité du JT de 20H de TF1 mercredi

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter