Immobilier : pourquoi vos chances d'acheter votre logement ont chuté ces dernières années

Immobilier : pourquoi vos chances d'acheter votre logement ont chuté ces dernières années

Mon argent
DirectLCI
PROPRIÉTÉ - Prix des logements en forte hausse sur les dernières années et revenus qui ne suivent pas : vos chances d'avoir récemment acheté votre logement ont chuté de 4 points en une dizaine d'années, selon les statistiques que l'Insee publie ce mardi sur "les revenus et le patrimoine des ménages".

La France des propriétaires, ce n'est pas pour tout de suite. L'envolée des prix de l'immobilier a été telle ces vingt dernières années qu'il est aujourd'hui plus difficile d'acheter son logement qu'auparavant. D'autant que la crise de 2008 est également passée par là. Ainsi, selon l'édition 2018 "des revenus et du patrimoine des ménages", dévoilée mardi 5 juin par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), "la proportion de ménages acquéreurs récents de leur résidence principale a diminué depuis 2004", chutant de "11,6% en 2004", à "8,9% en 2010" et "7,9 % en 2015".

Il faut dire que, comme le rappelle l'institut, entre la fin des années 90 et 2008, les prix de l'immobilier ont progressé de 140% en France métropolitaine alors que le revenu disponible par ménage n'a augmenté que de 40%. En Ile-de-France, les prix des appartements ont carrément bondi de 162% entre 1998 et 2008. Puis, crise oblige, après un repli du marché entre 2008 et 2010, les prix sont repartis à la hausse.  

Les chômeurs ont acheté deux fois moins en 2015 qu'en 2010

Mais quel est le profil-type de ceux qui ont récemment acheté  leur logement ? En 2015, il s'agit d'un couple de 30 à 39 ans avec enfants, vivant dans une ville de plus de 100.000 habitants, ayant un niveau de vie supérieur à la médiane (1692 euros par mois) et n'ayant perçu ni héritage ni donation dans les dix années précédentes. Ceux-là ont vu chuter de 6 points par rapport à 2004 leurs chances d'acheter au cours des cinq années précédentes (23% en 2015). Une probabilité qui augmente de plus de 20 points pour ceux ont reçu une donation au cours des cinq années précédentes. En revanche, la perception d'un héritage n'a qu'un effet marginal sur le fait d'acheter sa résidence principale. 

En vidéo

Prêts immobiliers : +6 % de hausse en 2017

Toujours entre 2004 et 2015, les personnes plus jeunes ont en revanche vu leur chances de devenir propriétaires de leur logement augmenter de 4 points. Même tendance pour les ménages à bas revenus après 2010 (après avoir chuté entre 2004 et 2010), sans doute grâce à l'assouplissement des conditions de crédit par les banques et l’existence de dispositifs publics tels que le prêt à taux zéro notamment. Mais lorsque le ménage comprend un chômeur, pas d'éclaircie à l'horizon : les chances d'acheter (après avoir un peu augmenté entre 2004 et 2010) ont été divisées par deux entre 2010 et 2015.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter