Prélèvement à la source : vous n'échapperez pas à la déclaration annuelle de revenus

Mon argent
DÉMARCHES - L'arrivée du prélèvement à la source en 2019 n'y changera rien, votre impôt sur le revenu restera calculé sur la base de votre dernière déclaration de revenus. Cette formalité administrative, qu'il conviendra toujours d'effectuer chaque année au printemps, permettra au fisc de calculer votre taux de prélèvement et vos crédits d'impôts.

Les modalités de calcul de l'impôt sur le revenu ne sont en rien modifiées par la mise en place du prélèvement à la source à partir de janvier 2019. Il restera donc nécessaire d'effectuer chaque année une déclaration de revenus. Celle-ci servira en effet à porter à la connaissance de l'administration fiscale non seulement les salaires ou autres revenus que vous aurez perçus (leurs montants, souvent pré-inscrits, seront au moins à vérifier) mais aussi les dépenses que vous aurez supportées.


Comme jusqu'à présent, certaines de ces charges seront susceptibles de donner lieu à une déduction, une réduction ou un crédit d'impôt. Il peut s'agir du versement d'une pension alimentaire, au recours à une assistante maternelle ou un employé à domicile, au versement de dons aux associations ou encore à la réalisation de certains travaux d'isolation, parmi tant d'autres exemples .

La prochaine déclaration sera donc à remplir en avril/mai 2019. Et elle portera logiquement sur l'année 2018 (et ainsi de suite : en avril/mai 2020 sur l'année 2019, etc...). Elle permettra à l'administration fiscale de calculer et de vous communiquer en juillet/août :


• Votre taux de prélèvement à la source, qui sera appliqué de septembre 2019 à août 2020 sur vos salaires, pensions de retraites, indemnités chômage ou indemnité maladie ou maternité. Ce taux sera lui-même ajusté à l'été 2020 sur la base de votre déclaration du printemps 2020 portant sur les revenus de 2019. Et ainsi de suite, année après année. 


• Le montant de vos réductions ou crédits d'impôt perçus au titre de l'année 2018 (avec un an de décalage donc). Entre temps, pour vous éviter d'avancer cette trésorerie, vous devriez avoir reçu dès le 15 janvier 2019 un acompte de 60% calqué sur votre situation de l'année précédente. Si vos dépenses donnant lieu à ces avantages fiscaux n'ont pas changé, vous recevrez les 40% restants à l'été 2019. A l'inverse, en cas de modification, une régularisation à la hausse comme à la baisse sera effectuée. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Impôts et prélèvement à la source : le grand basculement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter