Iron Group, cette société qui aurait arnaqué des milliers de Français avec des démarches administratives en ligne

Mon argent
DirectLCI
FRAUDE - Soupçonnée d’avoir escroqué des milliers de Français en proposant des documents administratifs moyennant finances, la société Iron Group est dans le collimateur de la justice. Derrière ce système présumé d'arnaques, figurerait Julien Foussard, un jeune entrepreneur considéré jusqu’à maintenant comme le gratin de la FrenchTech.

Sur son compte Twitter, il accumule les qualificatifs. "Founder & CEO @oystcompany - Chairman @Iron_capital - Entrepreneur & Business Angel - FrenchConnectLondon Member." Au-dessus, une tête de jeune premier, chemise blanche ouverte à la cool, veste nickel, les cheveux proprets mais dans le vent. Bref, le look du jeune entrepreneur à succès qui grimpe. Et c’est d'ailleurs ce qu’est -ou du moins était- Julien Foussard. 


Ce jeune Français (33 ans) était en effet jusqu’à très récemment un garçon plein d’avenir, nouvel emblème de la French Tech, nouvel habitué des plateaux télé. Reconnu, aussi, par le métier : en mai dernier, il avait par exemple reçu le prix LVMH de l'Innovation pour sa dernière start-up, Oyst, une "solution de paiement en un clic".  Il fait propre sur lui, cet enfant du 16e arrondissement de Paris, et lisse comme les quelques phrases qu’il glisse pour se présenter sur son site : "J’explore les frontières du e-commerce depuis près de 10 ans, ses enjeux et subtilités. Je vis entre Londres et New-York." Mais c’est surtout avec une autre de ses sociétés, Iron Group, qu’il a fait ses armes et bâti sa crédibilité. C’est aussi cette société, qui, aujourd’hui, le fait plonger. 

Les activités de Julien Foussard à la tête d’Iron Group ont en effet éveillé, il y a un an, la curiosité de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Une enquête a été menée et les résultats transmis au parquet de Paris. Et d’après le Monde qui a révélé l’affaire mardi,  les charges qui pèsent sur l’entrepreneur –tout comme les activités du groupe– sont loin d’être anodines : une information judiciaire a été ouverte le 27 juillet dernier pour "pratique commerciale trompeuse et blanchiment".  La société est soupçonnée d’avoir escroqué des milliers de Français en proposant des documents administratifs moyennant finances. Le préjudice total s’élèverait à plus de 100 millions d’euros. 


Iron Group a fermé le 16 août. Sur son site internet, seule une grosse bannière orange subsiste, annonçant, curieusement, que le site a clôturé le 28 février 2018.

Le gendre idéal a déjà cinq condamnations pour escroquerie ou pratique trompeuse

Julien Foussard, lui, semble révéler un profil plus complexe que celui, simpliste, de gendre idéal. Egalement passionné de poker –il a participé à l’émission "Poker Mission Caraïbes" sur NRJ12 en 2009-,  il est en fait déjà connu de la justice. Voire y est habitué, selon Le Monde : il a à son actif "cinq condamnations définitives prononcées à son encontre depuis 2012, pour des faits d’escroquerie ou pratique commerciale trompeuse". 


Sur le papier, la société Iron Group, créée en 2009 à Londres, se présentait comme "l’expert digital dans l’industrie de l’abonnement". Sur le papier toujours, cette entreprise  proposait d’accompagner les start-up digitales à monétiser leurs sites, en fonctionnant par abonnement. Le groupe était doté de plusieurs entités spécifiques.  A l’époque, plusieurs médias évoquaient cette société qui grimpait et qui communiquait sur l’aide au développement apportée à une vingtaine de d’entreprises, dans des domaines très variés : alimentation, médias, applis de rencontre. En 2016, Julien Foussard expliquait aux Echos : "Nous misons sur une idée et une équipe. Ensuite, nous apportons notre expertise dans les domaines du paiement, CRM, marketing, méthode lean..." Voilà pour la vitrine. 

En vidéo

Fraude fiscale : quel plan de bataille pour le gouvernement ?

Les techniques pour attraper et calmer le "pigeon"

Car le business model d’Iron Group aurait en fait été tout autre : la société est soupçonnée d’avoir créé des milliers de sites proposant des modèles de tarification trompeurs. Et les entreprises présentées par Iron Group comme des partenaires ne seraient en fait que des sociétés-écran, conçues pour prendre la place d’Iron dans les mentions légales. La technique est souvent la même, à l’image de ce témoignage, recueilli par Le Monde, d’une dame, qui veut acheter une vignette Crit’Air. Elle tape dans Google, clique sur le premier lien proposé, le site "anti-pollution.assistances-formalites.com". Vite vu, le design ressemble à celui d'un site officiel. Et de petits éléments induiraient plus particulièrement en erreur.  "La technique ? Placer un gros bouton, en haut du site, proposant un service contre une somme modique", explique le quotidien. "Plus bas, une mention écrite en petits caractères précise qu'un abonnement sera contracté". Les internautes cliquent ainsi pour acheter, pensant payer un euro. Sauf que sans faire attention, ils souscrivent un prélèvement mensuel. Résultat : la vignette de la dame lui a coûté en un an 450 euros. 


Ces milliers de site internet sont, qui plus est, toujours très bien référencés sur Google, placés dans les cinq premiers choix, grâce à de faramineux investissements publicitaires. L’arnaque est payante : en moyenne, les internautes floués mettent du temps à s’apercevoir de la combine, d’un petit montant, sur le relevé bancaire.  Et en cas d’alarme du client, qui appelle le service après vente, un développeur qui a participé à l’arnaque confesse, dans un long post sur internet, la technique pour calmer tout grief. "Mon pigeon s'est réveillé, il faut le calmer. Je lui dis "t'as coché, t'as signé, assume". Ensuite je fais semblant d'écouter arguments et complaintes et finalement lui proposer de le désabonner gratuitement car sa situation m'a touché personnellement", raconte-t-il. Et la plupart du temps, le client est content. "Mon pigeon est heureux dans 99% des cas que je lui fasse cette fleur. (...) Le but est qu'il soit heureux, ne fasse pas opposition, ne porte pas plainte." 

Le site SOS arnaque a consacré un dossier à la société, et ses multiples entités.  Hasard du calendrier ou pas, en même temps que la révélation de ces agissements, le gouvernement a lancé lundi une campagne de mise en garde contre ces faux sites administratifs. Ils piègent chaque année environ un million de personnes, pour un préjudice évalué à "au moins 150 millions d'euros".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter