J'ai testé... Simpl'Express, le nouveau programme Weight Watchers

J'ai testé... Simpl'Express, le nouveau programme Weight Watchers

DirectLCI
RÉGIME - Après les excès des fêtes de fin d'année, la tentation de la diète en janvier est grande. Notre journaliste s'y est essayée et... n'est pas restée sur sa faim. Ça marche mais il faut avoir de la volonté.

Est-ce que j'ai eu faim ? Oui. Est-ce que j'ai perdu du poids ? Oui. Près de trois kilos pour être précise. Courant décembre, j'ai testé le nouveau régime Simpl'Express de Weight Watchers . Quinze jours à suivre à la lettre ce nouveau programme qui sert à démarrer dans de bonnes conditions - et sans trop se prendre la tête - un programme plus long permettant de perdre du poids lentement mais surement. Pas de poudre bizarre à absorber, pas d'aliment exotique introuvable et cher, la bonne nouvelle, c'est qu'on utilise des aliments de tous les jours et sans vraiment se limiter.

La mauvaise, c'est que vous aurez quand même faim. En résumé, on continue à manger de la viande ou du poisson, un peu de féculent et autant de fruits et légumes qu'on veut. A aucun moment, il n'y a de déséquilibre alimentaire dangereux pour son corps. En revanche, il faut faire une croix - ou presque - sur la graisse, le sucre et l'alcool. Bref, ce n'est pas très fun. Surtout que j'ai eu la bonne idée de tester Simpl'Express juste avant les fêtes de Noël, le dernier jour de mon programme étant… le 24 décembre.

Garder une vie sociale malgré tout

Pour ne pas trop déprimer, j'ai décidé de ne pas faire l'impasse sur ma vie sociale. Apéros, restos, déjeuners professionnels… je n'ai rien refusé. Le premier dîner entre amis sans boire une goutte d'alcool ni manger un morceau de pain fut pour le moins déroutant. Au début, je me suis sentie un peu "en dehors" mais finalement assez fière de ne pas craquer alors que les tentations étaient là. J'ai aussi passé beaucoup de temps à expliquer le principe de ce régime. Le sujet passionne toujours autant.

Chacun donne son avis ou raconte son expérience. Ils sont nombreux aussi ceux qui essaient de vous faire craquer (Anh, je saurais m'en souvenir). Ça en devient un jeu de dire non mais ce n'est pas toujours facile quand l'estomac gargouille. Je dois avouer qu'il m'est arrivé, après un déjeuner professionnel, de compléter avec une petite purée de carotte au bureau puisque je n'avais quasiment rien pu avaler du menu. Dire non à du foie gras poêlé et à un délicieux dessert pour n'avaler qu'un peu de poisson et des légumes, ce n'est pas la joie.

La carotte, ma meilleure amie

Parlons-en d'ailleurs des légumes. Ils deviennent vos meilleurs amis pendant quinze jours. En gros, c'est le seul élément qu'on peut avaler à volonté. Cuits à l'eau ou avec très peu de matière grasse, il faut varier les plaisirs pour ne pas se lasser. J'ai d'ailleurs cuisiné pour la plupart de mes repas. Difficile, voire impossible, de suivre ce régime si on ne compose pas soi-même ses plats. Mon meilleur allié, ce fut la carotte. Indispensable pour ne pas craquer le soir au moment de la fringale d'avant dîner. On épluche en deux secondes et on croque à la vitesse d'un lapin dont on viendrait de changer les piles. Ça permet de tenir sans engouffrer un morceau de pain.

Simpl'Express est donc assez facile à suivre mais cela n'empêche pas d'avoir faim. Les portions sont plus petites que d'habitude et, j'ai eu beau me resservir de légumes, la sensation de rassasiement ne dure qu'un temps. Il faut apprendre à l'apprivoiser cette faim, à vivre avec. Mais j'ai aussi ressenti un nouveau sentiment : le pouvoir de l'esprit sur le corps. Cette satisfaction, un peu enivrante, d'être dans la maîtrise de soi et la satisfaction de constater que ça fonctionne. En moyenne, on perd deux kilos en quinze jours. Un sentiment qui peut passer très vite. Pendant la période des fêtes, j'ai vite repris les "mauvaises" habitudes. Et puis, qui pourrait résister à la poularde aux morilles ou au pot-au-feu de sa maman ? Pas moi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter