Karotpay : le site qui vous vend de fausses fiches de paie

Karotpay : le site qui vous vend de fausses fiches de paie
Mon argent

IMMOBILIER - Un nouveau site vend des fiches de paie fictives. Pour un usage personnel - bien entendu ! Metronews a cherché à en savoir plus sur ce service borderline.

Pas moyen de louer un appartement à votre goût avec votre salaire ? Un nouveau site baptisé Karotpay vend de fausses fiches de paie. Pour 19,90 euros (HT), vous en obtenez une en quelques minutes à votre nom, avec le métier et le salaire que vous aurez choisis.

Cet été, différents titres de presse nationale ont consacré des articles à ce service qui intéresserait beaucoup les locataires. Nous avions tenté de le tester le 3 juillet 2015. Et nous nous étions cassé le nez. Impossible de créer notre fiche de paie sur mesure "en raison du trafic très important ces jours-ci" qui aurait saturé les serveurs. 

Version beta opérationnelle

Contacté par  metronews , le créateur du service, Ludovic Buzaglo, avait assuré que le site fonctionnerait à partir du 9 juillet. C'est finalement avec deux semaines de retard,  ce mercredi 22 juillet, que le service est finalement opérationnel, dans une version beta susceptible d'être modifiée.  Des éléments restent cependant troublants. Avec la volonté affichée de  mettre fin à nos doutes, le responsable du site répond point par point à nos interrogations. Voici ses explications. 

Le service n'a pas fonctionné pendant des semaines
Karotpay revendique déjà 30.000 utilisateurs alors que le service a été constamment en panne au début de l'été. "Nos serveurs ont planté à plusieurs reprises car nous les avons prévus trop petits", explique Ludovic Buzaglo. Mais alors comment autant de clients ont-ils pu réussir à éditer leurs bulletins de salaire sur mesure ? "Les 30.000 personnes qui ont utilisé nos services l'ont fait sur une version de test que nous avons lancée voilà trois mois". Pendant cette période de pannes, Metronews avait d'ailleurs pu tester le logiciel (qui n'était alors pas accessible au public) et le résultat avait semblé convaincant. 

 Le prix exprimé en hors taxe (HT)
Curieux de ne pas parler de TTC quand on s'adresse à des particuliers ? "Ma vocation n'est pas seulement de viser le marché récréatif. Je souhaite à terme générer des fiches de paie pour les entreprises", dévoile l'entrepreneur. D'ailleurs, dans la version beta désormais en ligne, il est précisé qu'il s'agit d'un "service de gestion de paie" qui  s'adresse exclusivement à des professionnels. 

 Karotpay, un nom qui évoque l'arnaque
Le nom du site fait penser à l'expression "se faire carotte" (comprenez "se faire arnaquer"). Le logo, une simple carotte dessinée peut aussi surprendre. "On ne se prend pas au sérieux mais cela ne veut pas dire qu'on ne fait pas un boulot sérieux", explique le créateur du site.

 L'absence de mentions légales au lancement du site
Les premières semaines, il était impossible de trouver sur le site les mentions légales (raison sociale, forme juridique, adresse de l'établissement, montant du capital social) pourtant obligatoires. "Nous ne les avons pas encore totalement déterminées mais nous les mettrons bientôt", avait alors expliqué Ludovic Buzaglo. En effet, ces éléments ont fini par apparaître. 

 Le problème de l'utilisation d'une fausse fiche de paie
Les bulletins de salaires factices peuvent présenter un intérêt pour constituer un dossier de location de logement convaincant. Le communiqué de presse manie l'ironie avec un certain talent pour le suggérer sans jamais le dire directement. "On a tous un ami, une sœur, un cousin qui, faute d’une bonne fiche de paie, manque terriblement de confiance, et ne se sent plus le courage de regarder en face son bailleur...", y lit-on. Des illustrations légendées "pour gagner en crédit" ou "pour se sentir indépendant" sont tout aussi équivoques.

Pourquoi jouer sur ce terrain de l'ambiguïté ? "Nous mettons en garde les utilisateurs en précisant que ce service est 'réservé à un usage personnel'. Avec ce second degré, ce ton humoristique, on cherche à susciter les réactions. Cela peut déranger mais cela fait partie du jeu", justifie Ludovic Buzaglo, tout en soulignant que le ratio demandé (gagner 3 fois le montant du loyer) est "débile". Signe de prudence :  dans la version beta du site, accessible depuis le 22 juillet, il est précisé dans les Conditions générales d'utilisation et de vente que " le Client reconnait que l’usage dudit service est strictement réservé aux entreprises dans un cadre professionnel".

FAUSSE FICHE DE PAIE : LES RISQUES |
En théorie, utiliser une fausse fiche de paie pour convaincre un bailleur de vous louer son bien peut vous coûter 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende. La fabrication ou l'usage de faux – qu'il s'agisse d'un bulletin de salaire, d'un avis d'imposition ou d'un contrat de travail – constitue en effet une infraction pénale (art.  441-1  du Code pénal). 

Encore faut-il que le propriétaire s'en rende compte. S'il découvre la supercherie au moment de la candidature, il ne la retiendra pas et en restera très probablement là. Quel intérêt aurait-il à porter plainte ? Mais si la supercherie est découverte et que cela se règle au tribunal, le risque de condamnation demeure même si cela ne remet pas en cause le bail. Dans la pratique, il y a de grandes chances pour que le juge se montre clément, surtout s'il s'agit d'une première infraction.

EN SAVOIR + >>  Contrat-type de location : ce qui change le 1er août

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent