L'Afrique, le nouvel eldorado des vêtements invendus

L'Afrique, le nouvel eldorado des vêtements invendus
Mon argent

ECONOMIE - Les invendus de solde d'été et fin de séries de marques occidentales se retrouvent parfois en Afrique pour une seconde vie. En Côte d'Ivoire par exemple, ils alimentent un commerce local sur certains marchés spécialisés dans la vente de fripes en provenance d'Europe.

Les vêtements invendus ou peu portés trouvent une seconde vie en Afrique. Alors que les soldes ne permettent pas aux commerçants de rattraper le retard de chiffres d'affaires accumulé durant le confinement, vous vous demandez peut-être ce que deviendront tous ces invendus ... Comme chaque année, il est bien probable qu'ils se retrouvent sur des marchés africains. 

A Abidjan, en Côte d'Ivoire, chaque semaine, au petit matin, un drôle de manège a lieu : des étals remplis de vêtements et de nombreux clients qui s'y pressent en quête de la bonne affaire avec en ligne de mire, les perles rares des invendus de soldes d'été de marques occidentales parmi les nombreux vêtements déjà portés. 

L'Afrique, le principal marché pour la France

Moulaika s'approvisionne sur le marché d'Abidjan depuis un an et achète ainsi ces vêtements, à des prix jusqu'à 7 fois moins cher que ceux proposés en Europe. Son chiffre d'affaires, elle le fait en proposant ces vêtements, trois à quatre fois le prix qu'elle les as achetés, sur les réseaux sociaux. Des plateformes "vitales" pour cette commerçante : "Les réseaux sociaux sont très importants pour moi. C'est là que je fais mon mon chiffre d'affaires", affirme-t-elle. "Tu payes juste la connexion. Il n'y a pas de loyer ou de factures".

Ces vêtements arrivent par "balle" d'environ 50 kilos contenant chacun jusqu'à 500 pièces depuis l'Europe occidentale, la Chine ou l'Amérique du Nord : les Etats-Unis étant le premier exportateur mondial de vêtements d'occasion. La France elle, exporte chaque année, 171.000 tonnes de friperie dont la moitié vers l'Afrique qui est son principal marché.  Leur prix ? Imbattable : 75 euros par balle. 

Lire aussi

Le Rwanda a pris des dispositions pour contrer ce marché

Toute l'info sur

LE WE 20H

Si les importateurs et les clients trouvent leur bonheur dans ce système de seconde vie, l'économie locale de l'habillement, elle, a souffert. Des milliers d'emplois ont ainsi été détruits : le revers de la médaille pèse donc sur toute une économie. Pour contrer cet effondrement industriel local, certains pays ont mis en place une politique particulière. Au Rwanda, l'importation de vêtements est surtaxée et les fripes interdites d'importation. 

En 2016, le Rwanda a même multiplié par 12, les taxes sur l’importation des vêtements d’occasion dans le but de les éliminer progressivement du marché. Sur les 171.000 tonnes de fripes exportées par la France en 2018, 69.000 tonnes sont parties vers l’Afrique, 50.000 vers l’Europe et 47.000 vers l’Asie, selon le Centre du Commerce International. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent