L'Île-de-France lance juste avant le début de la grève une prime à l'achat d'un vélo électrique

Les vélos électriques sont généralement bridés à 25 km/h.
Mon argent

SUBVENTION - Les habitants d'Île-de-France peuvent désormais bénéficier d'une aide (pouvant atteindre 500 euros) pour financer l'achat d'un vélo électrique. Le dispositif, initialement prévu à partir de février, a finalement été avancé à décembre en raison de la grève du 5 décembre. En voici les grandes lignes.

C'est peut-être ce qu'il manquait à certains habitants de la région parisienne pour franchir le pas, ou plutôt enfourcher le pédalier. Une prime est proposée par Île-de-France Mobilités (ancien Stif) pour l'acquisition d'un vélo à assistance électrique (VAE) acheté à compter du 1er décembre. Cette date d'entrée en vigueur aurait dû être ultérieure mais les prochaines difficultés pour circuler pendant la grève (reconductible) du 5 décembre et l'approche des fêtes de fin d'année vient de pousser la région à avancer le dispositif.  

La nouvelle date de lancement a donc été annoncée le 25 novembre. Le principe de cette aide financière proposée aux particuliers qui achètent un VAE avait été décrit dès le 10 octobre par les responsables du réseau de transports en commun. L'organisme, rattaché à la région Île-de-France, a prévu d'y consacrer 12 millions d'euros par an et estime que 20.000 à 30.000 Franciliens sont susceptibles d'en faire la demande chaque année. Voici en quoi consiste ce coup de pouce. 

Lire aussi

• Quand sera-t-il lancé ?

Il concerne finalement les achats effectués à partir du 1er décembre. Il faudra en revanche attendre le mois de février pour effectuer sa demande d'aide, sur présentation de la preuve d’achat.

• Pour quel montant ?

Jusqu'à 500 euros pour un vélo électrique neuf. Les prix, souvent autour de 1.500 euros, varient de quelques centaines d'euros à plus de 5.000 euros pour des VTT. 

Le plafond est relevé à 600 euros s'il s'agit d'un vélo cargo, c'est-à-dire équipé d'un grand caisson généralement à l'avant dans lequel des enfants peuvent par exemple s'installer.

Cette subvention ne pourra cependant pas dépasser la moitié du prix de la bicyclette toutes taxes comprises. Exemples : 400 euros remboursés pour un vélo à 800 euros ; 500 euros pour un vélo à 1.000 euros ou plus.

• Pour qui ?

Les habitants majeurs de la région île-de-France, sans conditions de revenus. 

• Quelles contreparties ?

Les bénéficiaires devront s'engager à n'effectuer qu'une demande pendant 5 ans et à conserver leur vélo pendant au moins 3 ans. Pas question donc de le vendre avant cette échéance. Pour l'instant, les éventuels moyens de contrôle n'ont pas été évoqués. 

• Quelles démarches ?

Il conviendra d'effectuer la demande en ligne sur une future plateforme dédiée au remboursement (prévue pour février) abritée sur le site d'Île-de-France Mobilités. Il sera demandé de justifier son domicile et son identité et de communiquer ses coordonnées bancaires. 

En vidéo

ARCHIVES - Pistes cyclables : le ras-le-bol des automobilistes parisiens

• Est-ce cumulable avec d'autres aides locales ?

Oui. Mais cela ne permet cependant pas d'augmenter le montant total de la subvention. Par exemple à Paris, où une aide de 400 euros dans la limite de 33% du prix (hors taxe, cette fois) existe déjà pour les vélos électriques, l'organisme de transport régional viendra compléter à hauteur de 100 euros pour atteindre le montant global de 500 euros. Dans le cas des cargos, pour lesquels l'aide municipale atteint déjà 600 euros, aucune bonification ne sera donc apportée.  

Parmi les nombreuses collectivités proposant des coups de pouce, nous pourrions par exemple citer la communauté d'agglomération Grand Paris Seine Ouest, qui rassemble Meudon, Boulogne-Billancourt, Chaville, Issy-les-Moulineaux, Marnes-la-Coquette, Sèvres, Vanves, Ville-d'Avray. GPSO verse ainsi 200 euros, sachant également que certaines de ces villes proposent une subvention supplémentaire de 200 euros. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter