La Poste : le timbre rouge passe à 95 centimes au 1er janvier, découvrez les autres hausses de tarifs

DirectLCI
COURRIER - Envoyer une lettre n'a jamais coûté aussi cher. Les tarifs du courrier augmenteront de 4,7% en moyenne au 1er janvier 2018 avec même une hausse vertigineuse de 11,8% pour le timbre rouge (lettre prioritaire). Une hausse qui "permet d'assurer la pérennité du service universel" dans un "contexte d'accélération de la baisse des volumes du courrier".

Bientôt le timbre à un euro ? La Poste a annoncé ce jeudi que le timbre rouge coutera 95 centimes d'euros à partir du 1er janvier. Soit une hausse de 4,6%, destinée à compenser les pertes face à la baisse du nombre de courriers envoyés. 


Dans le détail, le prix du timbre vert - pour un pli distribué en 48 heures en France métropolitaine - passera de 73 à 80 centimes  (+ 9,6%) tandis que celui du timbre rouge, pour une lettre prioritaire, grimpera de 85 à 95 centimes (+ 11,8%).

Deux solutions : acheter les timbres en ligne ou ... patienter 4 jours

Deux solutions pour envoyer un courrier "un peu" moins cher : l'achat des timbres en ligne ou... la patience et l'envoi en écopli ( quatre jours). Les timbres achetés sur internet coûteront 3 centimes de moins, au lieu de 2 jusqu'à présent. Quant à l'"Ecopli" - formule la moins chère pour un envoi en quatre jours  en moyenne -, il va augmenter de 71 à 78 centimes (+9,9%).


Les tarifs des colis postaux classiques (Colissimo), qui étaient restés  stables cette année, augmenteront de 1,5% au 1er janvier, tandis que ceux du  courrier publicitaire, qui eux aussi étaient inchangés, progresseront de 1,8%,  a précisé La Poste.

En vidéo

La poste : comment elle se réinvente

Renflouer les caisses de La Poste

Aussi forte soit-elle, cette hausse n'est pas une surprise. Il y a quelques jours, l'entreprise publique avait été autorisée à pratiquer une hausse globale de 5% pour renflouer ses caisses. Une augmentation largement supérieure à celle programmée à la base, de 1,5%.  Cette hausse "permet d'assurer la pérennité du service universel" dans un "contexte d'accélération de la baisse des volumes du courrier", a précisé ce jeudi le groupe.


Les ménages français dépensant en moyenne environ 43 euros par an en  produits postaux, l'impact de la hausse sera limité à moins de 3 euros par an  et par ménage, affirme le groupe public.


La raison de cette inflation est simple : La Poste souffre en effet d'une baisse de son chiffre d'affaires importante. En 10 ans, le nombre de courrier est passé de 18 millards chaque année à 11 milliards en 2016 et devrait même passer sous la barre des 10 milliards cette année. Une perte qui équivaut à 500 millions d'euros perte par an. 

Plus d'articles

Sur le même sujet