Le gouvernement va finalement instaurer un "malus au poids" sur les véhicules

Une nouvelle taxe sur les voitures de plus de 1400 kilos
Mon argent

ENVIRONNEMENT - La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili a annoncé ce jeudi l'instauration d'un "malus au poids" sur les véhicules de plus de 1.800 kilos. Toutefois des exonérations ou des ajustements sont prévus pour les voitures électriques ou hybrides et les familles nombreuses.

Le gouvernement a-t-il cédé à la pression des membres de la Convention citoyenne pour le climat ? Accusé mercredi 

de "détricoter" leurs mesures, l'une d'elle, loin de faire l'unanimité à Bercy, vient d'être réhabilitée par la ministre de la Transition écologique. Il s'agit d'un malus en fonction du poids des véhicules neufs.

"Le malus au poids que nous instaurons est un signal fort et nécessaire pour mieux prendre en compte l'empreinte écologique des véhicules les plus lourds", a ainsi tweeté Barbara Pompili. "L'alourdissement du parc automobile, c'est plus de matériaux et d'énergie consommés, plus de pollution, moins d'espace public disponible", a-t-elle expliqué.

Lire aussi

Les voitures électriques exonérées

Selon Les Echos, qui ont dévoilé l'information, un amendement gouvernemental au projet de loi de finances pour 2021 va en effet instaurer une taxation pour les véhicules neufs de plus de 1.800 kilos. Pour rappel, l'idée d'une taxe de 10 euros par kilo supplémentaire visant tous les véhicules neufs de plus de 1.400 kilos avait été écartée fin septembre par le ministère de l'Economie.  

En revanche,  des exonérations sont prévues pour les véhicules électriques et hydrogène et des ajustements devraient être mis en place pour les hybrides et les familles nombreuses car, souligne la ministre, "l’électrification du parc automobile est une priorité pour réduire les émissions de CO2 du secteur".

Toute l'info sur

Le 13h

Depuis 2010, le poids moyen des voitures diesel a augmenté de 7%, et celui des essences de 14%, soit environ 100 kilos par véhicule, explique-t-on dans l'entourage de Barbara Pompili. "Les émissions de CO2 des véhicules ont diminué sans discontinuer entre 2009 et 2016, puis se sont stabilisés entre 2016 et 2019 malgré les évolutions des constructeurs", en raison de ces alourdissements, ajoute-t-on de même source. 

Il s'agit donc "d'envoyer un signal fort", avance l'entourage de la ministre, pour qui "c'est une incitation à ne pas surconsommer de très gros modèles très lourds, mais aussi une incitation pour que l'ensemble de la filière prenne davantage en compte l'ensemble de l'empreinte écologique de leurs produits, et pas seulement les émissions".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

EN DIRECT - La situation est "hors de contrôle" : le constat amer de l'infectiologue Karine Lacombe sur LCI

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent