Fruits et légumes en forte hausse : nectarine, poire et pêche ont bondi de plus de 20%

Nous avons rencontré deux producteurs de fruits dans le Gard. Pour expliquer la hausse des prix, l'un dénonce les marges de la grande distribution, l'autre, le manque de fruits espagnols et italiens au début de l'été.
Mon argent

COURSES - Le prix du panier type de fruits et légumes étudié chaque année par Familles rurales s'est envolé en juin 2020 par rapport à juin 2019. Les nectarines, cerises, aubergines ou tomates, par exemple, ont connu une hausse à deux chiffres, selon l'association.

Le budget produits frais s'alourdit. En agriculture conventionnelle (non bio), les prix des fruits se sont ainsi envolés de 17% en juin 2020 par rapport à juin 2019 et ceux des légumes de 4% sur la même période. C'est ce qu'affirme l'association de défense de consommateurs Familles rurales, qui publie ce mardi 28 juin son 14e Observatoire des prix des fruits et légumes.

Selon cette étude*, qui compare année après année, les prix pratiqués pour un même panier, les pommes ont été les seuls fruits à baisser... et d'à peine 1%. Les hausses ont en revanche été remarquables pour les nectarines, les poires et les pêches, qui ont respectivement augmenté de 26%, 24% et 21%. 

Du côté des légumes, le prix des aubergines a subi une hausse de 44%, celui des tomates (légumes les plus consommés par les Français) de 12% et celui des poivrons de 9%. A l'inverse, les pommes de terre (dont les prix s'étaient envolés l'an dernier) ont reculé de 13% et les haricots verts, seule autre diminution, se sont quant à eux vendus 4% moins chers.

Lire aussi

Voici les prix moyens d'un kilo de fruits en agriculture conventionnelle (ou à la pièce pour le melon) calculés par Familles rurales :

 • Pomme : 2,28 euros en juin 2020 (-1% par rapport à juin 2019)

 • Melon : 2,97 euros (+9%)

 • Abricot : 3,69 euros (+14%)

 • Cerise : 9,04 euros (+20%)

 • Fraise : 7,27 euros (+16%)

 • Pêche : 3,45 euros (+21%)

 • Nectarine : 3,59 euros (+26%)

 • Poire : 3,07 euros (+24%)

Idem pour les légumes (un kilo ou une pièce pour la salade) :

 • Aubergine : 2,86 euros (+16%)

 • Carotte : 1,86 euro (+4%)

 • Courgette : 1,92 euro (+8%)

 • Haricots verts : 5,58 euros (-4%)

 • Poivron : 3,99 euros (+9%)

 • Pomme de terre : 1,48 euro (-13%)

 • Tomate : 2,57 euros (+12%)

 • Salade : 1,07 euro (+9%)

L'association relève également les prix des produits issus de l'agriculture biologique dans cette même enquête. D'après ces calculs, ils sont presque deux fois plus chers que ceux cultivés en agriculture conventionnelle. Les fruits et légumes bio ont cependant beaucoup moins augmenté (respectivement 6% et 1%) que les conventionnels. 

Résultat, le panier de huit variétés de fruits coûtait en conventionnel 35,36 euros le mois dernier (contre 30,26 euros en juin 2019). Et 59,61 euros en bio (contre 56,21 euros l'an dernier). Le panier de huit variétés de légumes valait quant à lui en conventionnel 21,34 euros le mois dernier (20,46 euros un an plus tôt). Et 37 euros en bio (contre 36,71 euros).

Les prix varient bien sûr aussi en fonction du type de commerce dans lequel on réalise ses courses. Toujours selon les calculs de Familles rurales, un même panier de fruits et légumes coûtait ainsi en juin 52,31 euros dans les hard-discount ; 55,84 euros en hyper/supermarchés et 65,66 euros au marché.  

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

A noter que, d'une façon générale, les prix des produits frais ont flambé depuis le début de la crise sanitaire. Selon les chiffres que l'Insee donne de son côté, ils ont progressé de 11,9% en juin 2020 par rapport à juin 2019, après deux envolées de 17% en avril et en mai. Une forte augmentation justement portée par la majoration des prix des fruits et légumes, que Familles rurales explique de deux façons : d'une part, "le confinement (manque de main d’oeuvre, coûts de transport plus importants, production étrangère moins abondante)" et, d'autre part, "les conditions météorologiques pour certains produits". Tout en soulignant, à regrets, que ces hausses finalement "très importantes pour les consommateurs" ne garantissent cependant pas "une meilleure rémunération des producteurs".

* Enquête menée du 30 mai au 12 juin par 46 "veilleurs consommation" de Familles Rurales ayant réalisé 75 relevés de prix sur 26 départements. Les prix de huit fruits et huit légumes, issus de l’agriculture conventionnelle et de l’agriculture biologique, ont été relevés sur quatre surfaces de ventes (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés et magasins spécialisés bio).

Les produits sont les suivants : pomme (golden), aubergine (longue), melon (charentais), carotte (nantaise), abricot (bergeron), courgette (longue), cerise (burlat/bigarreau), haricot vert, fraise (ronde), poivron (vert), pêche (blanche), pomme de terre, nectarine (blanche), tomate (grappe), poire (conférence/william), salade (laitue).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent