Les dépenses de santé augmentent... mais le reste à charge des ménages baisse

L'ECO - Ce mercredi, François-Xavier Pietri nous dévoile l'étude sur la baisse ou la hausse de nos frais de santé.

STATISTIQUES - L'an dernier, la consommation de soins et de biens médicaux a progressé de 2,1% pour atteindre en moyenne 3.102 euros par habitant, selon une étude du gouvernement publiée ce mardi. Une fois les remboursements de la Sécurité sociale et des complémentaires santé pris en compte, les dépenses effectivement supportées par les ménages ont représenté 213 euros.

208 milliards d'euros : c'est le montant total des dépenses de santé effectuées l'an dernier en France. Cette somme est en progression de 2,1% par rapport à 2018, selon un bilan annuel publié ce mardi 15 septembre par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), un organisme rattaché au ministère des Solidarités et de la Santé. 

A l'échelle individuelle, cela représente un montant moyen de 3.102 euros par habitant et par an dépensés pour des soins et des biens médicaux (y compris les médicaments), dont une grande partie est remboursée par la Sécurité sociale et les mutuelles. 

Lire aussi

Le reste à charge s'élève en effet finalement en moyenne à 213 euros par personne et par an, avec "de grandes disparités entre les ménages selon l'âge, le revenu ou encore le lieu de résidence", souligne la Drees dans son rapport de 119 pages. D'une façon qui peut sembler paradoxale, cette participation directe des ménages a diminué pour atteindre 6,9% des dépenses de santé (contre 7,1% un an plus tôt).

Comment expliquer que ce reste à charge baisse alors que la consommation de soins et de biens médicaux augmente ? Principale raison invoquée : le vieillissement de la population conduit la Sécurité sociale à couvrir davantage d'affections de longue durée donnant droit à une prise en charge à 100%. En outre, le volet concernant les appareils auditifs de la la réforme du "100% Santé", progressivement déployée depuis 2019, "semble diminuer la participation des ménages", observe la Drees.  

Une baisse en 2020 grâce au... Covid

Peut-on en revanche s'attendre à une envolée des dépenses en 2020 en raison du Covid-19 ? Au contraire, la pandémie s'est accompagnée d'une chute des consultations hors Covid. A tel point que les complémentaires santé ont économisé une somme estimée à 2,2 milliards d'euros, que le gouvernement compte en partie récupérer pour renflouer les caisses de la Sécurité sociale. Les mutuelles devront ainsi verser 1,5 milliard d'euros sur les deux prochaines années sous la forme d'une contribution exceptionnelle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : nouveau déluge de missiles la nuit dernière

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion à perpétuité

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.