Les Français et leurs loisirs : moins de temps et d'argent mais toujours crucial

Mon argent

VIE QUOTIDIENNE - Quelle place les Français accordent-ils à leurs loisirs ? Même en période de crise, ils restent attachés à cette partie de leur quotidien, quitte à se recentrer sur des activités moins chères, affirme le Sofinscope, baromètre annuel réalisé par Opinionway pour Sofinco.

Les Français aiment s'amuser, et ils ne boudent pas leur plaisir à le faire. En matière de loisirs, 97 % d'entre eux déclarent y consacrer du temps et ils sont aussi nombreux que l'an passé selon le baromètre Sofinscope Sofinco-Opinionway réalisé pour metronews. Cet attachement à leurs loisirs pousse les Français à leur accorder un temps hebdomadaire de 9 h 21, en recul de 30 minutes par rapport à l'an dernier. Un temps que deux Français sur trois estiment "disposer suffisamment". Interrogés sur leur loisir préféré, ces derniers placent l'ordinateur et Internet sur la plus haute marche du podium pour la troisième année consécutive. Il reste pour 72 % des répondants le loisir numéro 1 suivi sans surprise par la télévision (62 %).

Un budget protégé

"Plutôt que les loisirs culturels ou de plein air, les Français se recentrent sur ceux qui se pratiquent à la maison car ils sont moins chers et moins contraignants. Une tendance qui s'installe d'année en année", explique Didier Bourdonnais, Directeur marketing et communication client chez CA Consumer Finance. Car crise oblige, le budget dans ce domaine baisse, atteignant 597 € cette année, contre 646 € en 2013. De fait, 51 % des Français déclarent prendre avant tout en compte le prix comme premier critère de choix, juste après le plaisir qu’il leur procure (61 %). Parmi les ménages qui y consacrent le plus d'argent, on trouve les foyers dont le revenu est supérieur à 3500 € par mois (949 €), les retraités (663 €) et les foyers avec enfants (603 €).

Mais comme en 2013, une nette majorité (58 %) de Français souhaite que pour l’année à venir, leur budget loisirs reste identique à celui de l’année dernière."A l'instar de l'alimentaire, les Français ont plus de mal à tenir ce budget, ce n'est pas une grande surprise. Mais quelle que soit la classe sociale, ils tiennent vraiment à le conserver en particulier pour leur enfant", ajoute Didier Bourdonnais. Néanmoins, 32 % des personnes interrogées déclarent que ce dernier diminuera, avec comme principale raison le manque de moyens financiers (60 %). Une lueur d’espoir est cependant à noter : 10 % des Français affirment aujourd’hui prévoir de "dépenser plus" cette année, soit une hausse de 4 points par rapport à 2013. Les séances cinéma entre famille ont encore de beaux jours devant elles.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter