Les séances de psychologues bientôt remboursées pour les moins de 21 ans ?

Mon argent

SANTE – Un projet de loi, voté en première lecture à l’Assemblée Nationale, prévoit de rembourser les séances de psychologues des jeunes âgés de 6 à 21 ans. L’objectif : améliorer la prise en charge.

Anxiété, difficultés d’apprentissage, isolement, anorexie…de la petite enfance à l’adolescence, les raisons de consulter un professionnel des troubles psychiques foisonnent. Ainsi, pas moins de 33% des Français déclarent avoir consulté un psy au moins une fois dans leur vie selon un sondage Mediaprism. Pourtant, le site Profil Médecin recense seulement 15.171 psychiatres en activité. Du coup, les rendez-vous sont parfois très longs à obtenir. 

C'est justement dans le but de faciliter l’accès des plus jeunes à ces professionnels de santé que les députés ont voté ce jeudi 27 octobre le projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2017 (PLFSS) . Celui-ci prévoit le remboursement par l’Assurance maladie des séances de psychologues pour les jeunes de 6 à 21 ans. Mais cette expérimentation est loin de faire l’unanimité chez les psychiatres. 

Lire aussi

    Quand ça serait mis en place ?

    La député Michèle Delaunay (PS), rapporteur du PLFSS 2017, espère lancer cette expérimentation à partir de janvier prochain. Pour l’instant, le projet n’a été voté qu’en première lecture à l’Assemblée Nationale. S'il ne l'est pas dans les mêmes termes devant le Sénat,  les députés devront de nouveaus voter le texte. 

    Comment ça marcherait ?

    Concrètement, les jeunes seront d’abord orientés par leur médecin traitant, scolaire ou pédiatre. Mais contrairement à aujourd’hui, où les consultations sont à la charge des familles, les séances chez un psychologue leur seront remboursées par la Sécurité sociale. Le but : "vérifier si les psychologues de ville ont une utilité qui peut justifier une prise en charge par l’Assurance Maladie", a déclaré Michèle Delaunay.

    Lire aussi

      Pourquoi ça pose problème ?

      L’expérimentation est loin d’être du goût de tout le monde. Cette annonce a d’ailleurs soulevé un tollé chez les psychiatres, les médecins spécialisés en santé mentale. Un communiqué du Syndicat des médecins Libéraux, relayé par le site PourquoiDocteur, est d’ailleurs très incisif : "comment pouvons-nous laisser l’expertise et le suivi de nos jeunes de 6 à 21 ans entre les mains de non professionnels de santé détenant minimalement une maîtrise en psychologie ?".

      Les psychiatres ont en effet dix ans d’étude derrière eux mais les psychologues détiennent tout de même un Master 2 (Bac +5). Le Dr Maurice Bensoussan, président du Syndicat des psychiatres Français ajoute : "le diagnostic doit rester à nous".  Mais loin de se rétracter, Michèle Delaunay  répond que "si les maux des jeunes persistent, ils seront bien évidemment transférés devant des médecins spécialisés tels que les psychiatres". 

      En vidéo

      Les cellules psychologiques d'urgence sont-elles efficaces ?

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter