Loi ALUR : pourquoi les loyers sont parfois plus élevés en banlieue qu’à Paris ?

Mon argent
DirectLCI
LOGEMENT – L’encadrement des loyers se pratique, pour le moment, uniquement à Paris. La CLCV, Confédération du logement et du cadre de vie, dénonce des écarts considérables de loyers à seulement quelques kilomètres de la capitale.

Un appartement de 16m² loué 600 euros à Boulogne-Billancourt, une surface de 12m² pour le même loyer à Clichy et un logement de 18m² loué à 550 euros à Aubervilliers. Ces trois appartements donnés en exemple par la CLCV sont situés à quelques kilomètres de Paris, pourtant ils ne bénéficient pas de l’encadrement des prix des loyers. Selon la CLCV : "Les loyers auraient été respectivement de 536 € (Boulogne), de 405,6 € (Clichy) et de 540 € (Aubervilliers) si les logements en question étaient situés dans le quartier parisien limitrophe à la commune en question (Auteuil, Epinettes et Pont de Flandres)".

► Pourquoi cet écart ?
L’encadrement des loyers a été mis en place dans le cadre de la loi ALUR. Selon certains critères (date de construction, typologie des logements, etc.), le loyer proposé ne doit pas dépasser le montant de référence fixé pour le secteur, au maximum majoré de 20%.

Depuis le 1er août, il concerne uniquement Paris et peine à s’exporter à l’extérieur de la capitale. Ce que dénonce l’association de défense des consommateurs CLCV, estimant qu’il est nécessaire "d’étendre au plus vite l’encadrement des loyers à d’autres villes que la capitale, par-delà le périphérique et en région". Ce plafonnement devrait arriver à Lille d'ici à la fin 2016.

EN SAVOIR + >>  L’encadrement des loyers arrive à Paris : vérifiez que vous ne payez pas trop cher

 ► Quelle situation en région ?
Au total, 1.151 communes sont concernées par l’encadrement des loyers dans 28 agglomérations différentes où la demande locative dépasse l’offre donc les principales grandes villes : Marseille, Lyon ou Toulouse par exemple. La CLCV donne certains exemples de situation dans ces régions. A l’image de Nice où l'association rapporte le cas d’un "loyer médian de 14,2 €/ m², un plafond que nous avons fixé à 17,76 €/m², mais nous avons trouvé un 2 pièces de 33 m² à 785 € (23,78 €/m²)." L’association souligne que si le plafonnement des loyers était appliqué, l’économie mensuelle serait de 198,92 euros soit 2287,04 euros pour l’année entière. Plus largement, la CLCV estime que, pour les agglomérations contrôlées, le surcoût mensuel atteint 83 euros pour le locataire.

► Que propose la CLCV ?
Afin de sensibiliser les élus locaux, la CLCV encourage les citoyens à interpeller leur maire sur l’encadrement des loyers via un site internet dédié où ils peuvent envoyer un mail directement.

EN SAVOIR + >> Encadrement des loyers : un site pour interpeller votre maire

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter