Made in France : Acheter français, c'est bon pour l'emploi mais aussi pour l'environnement

Une étiquette  sur un vêtement fabriqué en France / Photo d'illustration
Mon argent

INTERVIEW - Consommer des produits fabriqués sur le territoire français, ce n'est pas seulement sauvegarder les emplois. Charles Huet, qui promeut le "Made in France" depuis plusieurs années, nous explique que c'est aussi soutenir notre système social et contribuer à diminuer notre empreinte carbone. Un sujet que la crise sanitaire met plus que jamais sur le devant de la scène. 

La relance économique du pays passera-t-elle par les industries tricolores ? Certains estiment en tout cas que la crise du Covid-19 est un tournant pour les usines et les ateliers français. A l'instar du fondateur du label Origine France Garantie, l'ancien député Yves Jégo, qui en appelle même à un "Grenelle" du made in France pour faire renaître la France industrielle. 

Au-delà du patriotisme économique, l'origine d'un produit a aussi des implications sociales et environnementales, développe quant à lui Charles Huet, le co-fondateur de La Carte Française, une carte-cadeau dédiée aux achats made in France (40.000 produits dans 200 enseignes) et qu'il présente comme un outil de relocalisation de notre consommation. 

Lire aussi

LCI : Hormis la qualité supposée de l'article, sur quoi l'origine made in France joue-t-elle ?

Charles Huet : Acheter made in France est un acte simple, quotidien et à la portée de tous. Il impacte tous les enjeux du moment. Economique, à l'heure de la montée du chômage, des fermetures d'usine et des charrettes de licenciement. Social, du point de vue du respect du Code du travail, ne serait-ce que pour le salaire minimum légal et le travail des enfants. Environnemental, grâce à la réduction de l'empreinte carbone due au fait que les ateliers tournent avec l'électricité la moins carbonée du monde

Par exemple, sans même considérer les kilomètres à parcourir en plus, un lave-linge produit en Pologne (et non plus à Amiens) génère huit fois plus de CO2 que s'il avait été fabriqué en France en raison du différentiel du mix énergétique de ces deux pays. L'empreinte carbone des usines en France est ainsi trois fois moindre qu'au Portugal, quatre fois qu'en Italie, cinq fois qu'en Allemagne et même six fois moindre qu'aux Pays-Bas.

En vidéo

Whirlpool d'Amiens, la fin d'une histoire

LCI : Même en payant éventuellement plus cher, le client bénéficie donc indirectement d'un retour sur investissement...

Exactement, d'autant que le système de protection sociale repose sur les cotisations prélevées sur les salaires. Acheter du made in France plutôt que du "made in Ailleurs" finance ainsi l'assurance-chômage à l'heure du chômage partiel massif, l'assurance-maladie à l'heure du Covid, l'assurance-retraite à l'heure où les syndicats manifestent contre la réforme. Sans oublier les impôts sur les sociétés et de production qui contribuent à payer le fonctionnement des hôpitaux, le financement des salaires des aides soignantes, des policiers ou des pompiers notamment.

Enfin, acheter made in France soutient l'emploi industriel d'un territoire. Car si les produits sont souvent conçus dans une agence de design située dans une grande métropole, ils sont en revanche plutôt fabriqués -quand c'est en France- dans des usines ou des ateliers implantés à Vierzon, Saint-Lô ou Montluçon par exemple. Et quand l'une de ces structures ferme, il faut hélas parfois traverser des départements entiers, voire des régions, pour retrouver un emploi.

Le but n'est pas l'autarcie mais d'en faire le plus possible ici- Charles Huet, co-fondateur de La Carte Française

LCI : Est-il pour autant pertinent de viser le 100% made in France ?

Rappelons avant tout qu'aucun produit manufacturé n'est 100% made in France. Par exemple, même un fabricant de fromage de chèvre en Corse, dont tous les éléments tangibles seraient français, a besoin à un moment donné d'un téléphone et d'un ordinateur -qui ne sont pas fabriqués en France- pour vendre sa production ou communiquer. Je fuis donc comme la peste les mentions "100% made in France". Elles sont forcément exagérées et ne sont de toute façon pas une aspiration. En France, la règle sur l'origine de fabrication, régie par le Code des douanes, combine deux critères : l'assemblage des matières premières ou la confection doit avoir lieu en France et plus de 45% de la valeur ajoutée doit y être réalisée.

Toute l'info sur

"Made in France"

En effet, si on vous offre quatre roues et un volant, vous ne savez pas quoi en faire. Mais une fois que toutes les pièces sont assemblées à Onnaing ou à Valenciennes, elles deviennent une voiture, une Toyota Yaris. C'est pareil pour un vêtement : se faire offrir trois mètres de tissus italiens, ce n'est pas la même chose que de recevoir un costume confectionné, coupé et cousu à Limoges. C'est typiquement le cas de Smuggler, qui a reçu le label Origine France Garantie pour ses costumes. Le coût des matières premières pèse finalement peu dans la valeur ajoutée totale. Le but n'est donc pas l'autarcie mais d'en faire le plus possible ici. Pourquoi aller chercher plus loin ce qu'il est possible de réaliser ici ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent