Numéros surtaxés : deux sociétés condamnées, ne vous faites pas avoir

Mon argent

ESCROQUERIE - La combine était bien rodée. Il s'agissait de passer des appels en absence dans le but de faire rappeler des numéros surtaxés. Deux sociétés viennent de se faire condamner à 300.000 et 500.000 euros d'amende pour "pratique commerciale trompeuse et agressive". Voici comment éviter de tels pièges.

Le pingcall prend de l'ampleur. Cette arnaque qui consiste à faire rappeler des numéros surtaxés avec de faux prétextes fait les choux gras de plusieurs sociétés peu scrupuleuses. Mais attention au retour de bâton. Deux d'entre elles viennent en effet d'être condamnées à des amendes de 300.000 et 500.000 euros pour "pratique commerciale trompeuse et agressive", annonce ce mercredi le secrétariat d'Etat chargé du Commerce et de la Consommation. Le gérant de ces structures, 123 Soleil et 123 Media Corp, a écopé d'une amende de 250.000 euros et de deux ans de prison avec sursis.

Différents réseaux percés à jour
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes ( DGCCRF ), qui multiplie les enquêtes sur ces arnaques aux numéros surtaxés, a mis en évidence leur amplification ces dernières années. Ainsi, déjà en mai, un réseau d'escrocs a été démantelé à Nice, un peu plus de deux mois après une première affaire du même type.

EN SAVOIR + >>  Un réseau d'escrocs aux appels surtaxés démantelé à Nice

► Deux types d'arnaques
L'escroquerie peut commencer soit par un appel, soit par un SMS.
Appel en absence  Cette méthode, assez élémentaire, est celle utilisée par les deux sociétés qui viennent d'être condamnées. Celles-ci ont émis des appels en absence auprès de millions de numéros de téléphone chaque mois afin d'inciter les particuliers à les rappeler au même numéro, surtaxé évidemment. Les appels étaient en effet passés depuis les lignes surtaxées suivantes : 32.47, 32.87, 36.84, 36.87 et 32.61. Notez que les numéros surtaxés commencent souvent aussi par 08.99.

Faux SMS 
 Ce système, plus élaboré, est celui mis en place par le réseau démantelé dans la région niçoise. Il consiste à envoyer des salves de textos commerciaux, par plusieurs dizaines de milliers, incitant les destinataires à rappeler un numéro apparemment non surtaxé. Sauf que la ligne basculait en fait vers une ligne surtaxée sans que l'usager ne s'en doute. Celui-ci tombait alors sur un message enregistré. Même en raccrochant en cours de route, il était facturé à un tarif pouvant atteindre les 2,99 euros la minute.

► Les bons réflexes
Comment éviter ces pièges ? En premier lieu, ne rappelez pas si vous ne connaissez pas le numéro avec lequel on a tenté de vous joindre sans vous laisser de message. En second lieu, utilisez l'annuaire inversé des services à valeur ajoutée (SVA+) pour vérifier à quelle société vous avez affaire et quels sont les tarifs pratiqués.

>> Accédez ici à l'annuaire inversé SVA+ <<

Enfin, vous pouvez alerter les opérateurs téléphoniques en leur transmettant le numéro suspect de la façon suivante :
Message vocal  Envoyez par SMS au 33700 "spamvocal" suivi du numéro en question ou remplissez un formulaire  ici sur le site du 33700
SMS  Transférez le message tel quel au 33700.

EN SAVOIR + 
>> 
Ping call : en quoi consiste cette arnaque téléphonique (très) vicieuse
>> 
Appels et SMS indésirables : le 33700 pour dire stop aux arnaques >>  Bloctel est arrivé : téléphone, courrier, comment éviter les pubs

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter