Payer son passe Navigo en janvier, les Franciliens s'en passeraient bien : mais quelle est la règle en cas de grève ?

Payer son passe Navigo en janvier, les Franciliens s'en passeraient bien : mais quelle est la règle en cas de grève ?
Mon argent

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

MÉTRO - Avoir à payer un service affecté par les grèves passe visiblement très mal, à en croire les messages postés ce jeudi sur Twitter par les utilisateurs des transports en commun franciliens. Doivent-ils payer leur abonnement et un remboursement est-il prévu ? Tout n'est pas tranché.

"Qui a payé son passe Navigo de janvier alors qu'il n'y a toujours pas de transports ?" / "Je me suis vraiment tâté à acheter mon Navigo pour le mois... Payer 75 euros pour un train sur trois ? No thanks b****." / "C'est avec un seum non dissimulé que je viens de recharger mon pass Navigo" [seum évidemment pour "agacement, dégoût"]. 

Bel Ami, BenjaminParis, Ifunaya font parti des nombreux usagers des métros et RER franciliens qui expriment leur amertume , teinté de cynisme, sur Twitter ce jeudi 2 janvier. 

Même en période de grève, il convient en effet de voyager avec un titre de transport valide pour être en règle. Des contrôles ne sont en effet pas exclus car la "grève de la gratuité", qui consisterait pour les agents non officiellement grévistes à ne pas vérifier les titres de transport, n'est pas légale. À ce jeu, ceux-ci s'exposeraient ainsi à une sanction pour faute professionnelle. 

Il s'agit alors pour les voyageurs qui n'ont pas d'abonnement annuel de recharger par exemple leur carte Navigo (75,20 euros pour le forfait mensuel toutes zones, 22,80 euros pour la formule hebdomadaire) ou d'utiliser un ticket pour chaque trajet (1,90 euro l'unité, 16,90 euros le carnet de 10 tickets cartonnés où 14,90 euros pour ceux qui l'utilisent sous sa forme dématérialisée sur smartphone).

Lire aussi

Plateforme de remboursement annoncée par Valérie Pécresse

Voyager à bord des métros, RER, bus ou trams n'est en effet pas gratuit, même quand les voyageurs sont bloqués par la grève contre la réforme des retraites démarrée il y a un mois, le 5 décembre, et qui perdure de façon moins marquée cette première semaine de janvier. Les usagers peuvent-ils espérer un remboursement en raison du trafic restreint qu'ils ont subi ? Oui, il y aura bien "un plan de remboursement", a assuré dès le 13 décembre sur Europe 1, Catherine Guillouard, PDG de la RATP. 

Une indemnisation que Valérie Pécresse, à la fois présidente de la région Île-de-France et d'Île-de-France Mobilités (ancien Stif) a dit, le 19 décembre sur RTL, avoir demandé à la RATP et à la SNCF. Celle-ci réclame en effet un remboursement "intégral" "pour tous les jours de grève" quand "le service minimum a été égal à quasi zéro".

En vidéo

Grève dans les transports : les non-grévistes de plus en plus nombreux à la SNCF et la RATP

Pour autant, difficile à ce stade de connaître les modalités et montants de l'indemnisation. Car, pour l'heure, aucune annonce officielle n'a encore été effectuée. Valérie Pécresse n'a toutefois pas attendu pour annoncer la création d'une plateforme de remboursement sur le site Vianavigo afin de permettre aux usagers concernés de se faire connaître. À noter que ce jeudi, elle n'avait en tout cas pas encore été mise en place. 

Pour mémoire, Île-de-France Mobilités a passé un contrat avec les deux transporteurs publics les tenant à réaliser un service minimum aux heures de pointe.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent