Paiement sans contact : les piratages se multiplient, quels recours en cas de fraude ?

Paiement sans contact : les piratages se multiplient, quels recours en cas de fraude ?
Mon argent

ARGENT - Même s'il est aussi simple de payer avec sa carte bancaire, son smartphone ou encore sa montre connectée, il faut toujours faire attention. Ces transactions ultra-rapides restent très difficiles à sécuriser.

Sans contact, mais pas sans danger. A l'heure de la pandémie de Covid-19, et des précautions à prendre lors de chaque sortie, le phénomène du paiement par carte bancaire sans avoir à entrer manuellement son code dans une machine, ou encore via smartphone ou montre connectée se trouve en pleine expansion. Ce "geste barrière" un peu particulier - visant notamment à ne plus manipuler d'espèces, potentiels vecteurs du virus - ne protège cependant pas des fraudes. Bien au contraire.

Avant, on avait quelques heures pour réagir en cas de fraude, mais avec le paiement instantané, on parle de quelques millisecondes- Matthieu Garin, conseiller en cyber-sécurité

En effet, les arnaques sur ce mode de paiement ont augmenté de 12% par rapport à l'an dernier, et ce n'est pas une coïncidence. Certes, le plafonnement des montants pouvant être déboursés en payant avec une carte bancaire sans contact limite la casse, mais les pirates ont trouvé des moyens de le contourner, en multipliant les petits achats par dizaines. L'étudiante, qui témoigne dans le reportage de TF1 ci-dessus, fait état d'un préjudice de près de 100 euros ainsi cumulé.

Lire aussi

Il lui faudra plusieurs semaines, après avoir fait opposition puis déposé plainte, pour être remboursée. C'est la très grande rapidité de ces transactions qui les rendent très difficiles à sécuriser. Matthieu Garin, consultant en cyber-sécurité qui conseille les banques pour empêcher ces piratages, explique à TF1 : "Avant, on avait quelques heures pour réagir en cas de fraude, mais avec le paiement instantané, on parle de quelques millisecondes, pour être capable de prendre une décision !"

Un vide juridique pour les montres et les smartphones

Autre écueil pour les banques et leurs clients : le remboursement. Selon l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, 25% des victimes de ces fraudes ne sont pas indemnisées. Matthieu Robin, l'un de ses chargés de mission, détaille : "Alors que la loi oblige les banques à rembourser immédiatement les consommateurs victimes de ces fraudes, on s'aperçoit que la loi n'est pas du tout respectée. Il faut 20 jours en moyenne pour être remboursé. Et c'est tout à fait révoltant, dans la mesure où le montant moyen des fraudes, 800 euros, est très conséquent dans le budget de ces personnes."

Toute l'info sur

LE WE 20H

Théoriquement, votre banque, quelle qu'elle soit, a obligation de vous indemniser à partir du moment où vous avez signalé la fraude. Un numéro de téléphone unique (c'est-à-dire inter-bancaire) a, du reste, été mis en place pour faire opposition : le 01.77.86.24.24, accessible depuis la France et l'étranger. Attention, toutefois : un vide juridique demeure concernant les paiements par montres ou smartphones. France Info relatait en effet récemment le cas d'un homme ayant découvert un débit de 2.263 euros sur son compte, mais dont la banque a refusé de le rembourser, arguant que sa montre connectée n'avait été ni volée, ni perdue. Avec ces objets, un pirate peut "aspirer" vos données bancaires juste en se trouvant à proximité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent