Pantone : une histoire haute en couleurs

Pantone : une histoire haute en couleurs

Mon argent
DirectLCI
SUCCESS STORY - Du nuancier à la papeterie colorée en passant par les chaises ou les boutons de manchettes, l’américain Pantone a su se renouveler. Il s'est même réinventé pour devenir aujourd'hui le maître des tendances chromatiques dans votre cuisine ou votre garde-robe. Come-back sur une belle réussite familiale !

En 1866, une petite entreprise voit le jour à Manoochie dans le New Jersey. Pantone est alors spécialisée dans l'impression de nuanciers pour les firmes de cosmétique. Ce n'est qu'un siècle plus tard, en 1962 à l’heure où la créativité des agences de publicité bat son plein, que la firme décolle réellement. Un employé, Lawrence Herbert, rachète la compagnie pour quelques dizaines de milliers de dollars et la transforme.

Ce virtuose de la chimie, qui se destinait à l'origine à la médecine, imagine un outil révolutionnaire, une palette universelle de couleurs baptisée le Pantone Matching System. L’idée est simple : l'homme s'est aperçu que personne ne voit une couleur de la même manière. Pour s'assurer qu'une couleur sera toujours reproduite à l'identique, il décide de l'identifier par une formule et un nom. Un concept malin qui séduit vite tous les industriels du textile à l’architecture, de Paris à New York. Aujourd’hui ce "pantonier" se targue d’un catalogue de 2100 coloris.

Une vraie saga familiale

Le génie des Herbert n’en reste pas là. Après la création du "Pantone Color Institute" en 1980, qui dicte aux professionnels les tendances couleurs via son cahier "Fashion Color Report", le fils Richard, ingénieur de formation, flaire un autre filon pour étendre leur empire : la création d’une version numérique du nuancier s’inspirant du nouveau langage informatique qu’utilisent ses clients imprimeurs et fabricants.

La solution ? Une association avec d’importantes marques de logiciels (comme Adobe, éditeur de Photoshop). "Cette stratégie a permis de fournir un langage fiable de la couleur pour tous les supports", précise Fabio Venturotti responsable Pantone France.

Une diversification vers le grand public

Dernière clé de sa réussite : la démocratisation de son dictionnaire "arc-en-ciel" codé. La fille de Lawrence Herbert, Lisa, en sera l’instigatrice en 2000 en lançant la branche Pantone Universe. Ce label mise sur le développement, sous forme de licences, de produits du quotidien pour une clientèle branchée, et bien sûr griffés aux couleurs du nuancier. Première collection : des articles de papeterie, suivi de mugs qui font le buzz ainsi qu'un panel d’objets en tout genre : chaise, vélo, bagage, boutons de manchette… jusqu’à l’ouverture du Pantone Hôtel à Bruxelles.

Sans oublier de beaux partenariats avec le roi de la cosmétique Sephora et les peintures Tollens. Bref, un brillant coup marketing et "un succès qui n’était pas prévu, c’est le côté cool et design de Pantone qui a séduit", confirme Fabio Venturotti. 2007 marque un tournant pour la firme : elle est rachetée par X-Rite, leader mondial de la colorimétrie, pour un montant de 180 millions de dollars. Depuis, la diversification se poursuit : housses pour iPad, boules de sapin de Noël, t-shirts… Pour notre plus grand plaisir, Pantone nous en fait voir de toutes les couleurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter