Pokémon Go au volant : vous risquez l'accident, le PV et le retrait de points

Mon argent
DEFERLANTE - Le jeu qui a débarqué cet été sur les plateformes iOS et Android permet aux fans de traquer le Pokémon partout et même au volant. Une pratique bien sûr dangereuse et verbalisable, les précisions de Me Jean-Baptiste le Dall.

La déferlante Pokémon Go s'abat même sur les routes. L'application téléchargée près de 6 millions de fois sur smartphone depuis sa sortie en France (24 juillet) utilise les technologies de celui-ci, notamment la camera et le GPS intégré afin de permettre à l’utilisateur de se déplacer dans un univers de réalité augmentée pour se lancer dans la chasse aux Pokémons.

LA DERNIERE CHRONIQUE AUTO >>  Le droit de rétractation existe-t-il pour une voiture ?

Pas moins de 3,4 millions de personnes jouent ainsi au volant d'un véhicule sur les routes hexagonales, selon des calculs publiés le 4 août par 40 millions d'automobilistes . Des chiffres remis en question par Arrêt sur images  qui souligne qu'il s'agit d'une extrapolation faite à partir de deux sondages différents. Quoi qu'il en soit, les accidents se multiplient envoyant les joueurs les plus téméraires ou inconscients à l’hôpital.

Afin d'alerter les conducteurs imprudents, la Police nationale s’est même fendue d’un tweet pour rappeler que ce genre de pratique demeure totalement interdite. 

L’article R.412-6-1 du Code de la route rappelle que "l'usage d'un téléphone tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation est interdit. […] Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe (135 euros). Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de trois points du permis de conduire."

Utiliser un  téléphone ce n’est pas simplement téléphoner ! 

Pour la Cour de cassation, son "l'usage du téléphone", au sens de l'article R. 412-6 -1 du Code de la route, s'entend de l'activation par le conducteur d'un véhicule en circulation de toute fonction de l'appareil". Et même la simple utilisation du terminal "pour s'assurer de l'état de sa connexion" et de la "liaison Bluetooth" est sanctionnable (Crim. 23 novembre 2011, n° 11-84757 ). 

Ainsi l’usage du téléphone au volant pour attraper un Pokémon est parfaitement verbalisable. Le joueur pris sur le fait ne pourra aucunement se servir de sa liste d’appels pour prouver qu’il ne téléphonait pas. 

Amende de 135 euros et retrait de 3 points de permis

Le juge saisi d’une telle contestation n’aura qu’à se référer à la jurisprudence de la Cour de cassation. Par exemple l'arrêt rendu voilà deux ans (Crim., 14 octobre 2014, n° 13-87100 ) : "pour déclarer M. X... coupable de l'infraction, le jugement retient que, si le journal d'appel produit par celui-ci démontre qu'aucun appel n'a été reçu ou émis lors de la constatation des faits, l'intéressé ne démontre pas par écrit ou par témoins, comme l'exige l'article 537 du code de procédure pénale, n'avoir activé, à ce moment, aucune fonction du téléphone".

On résume donc, Pokémon Go c’est évidemment extrêmement dangereux et pour le joueur qui se ferait prendre par les Forces de l’Ordre, c’est une contravention de quatrième classe avec 135 euros d’amende à la clé et trois points de moins sur le permis !

A LIRE AUSSI
>> 
PV pour tongs, cigarette ou sandwich au volant : comment réagir ?
>> 
Tuning : peut-on tout faire sur sa voiture ?
>>
Toutes les chroniques automobile 
>> Toutes les infos sur Pokémon Go

Maître Le Dall, docteur en droit et vice-président de l'Automobile Club des Avocats intervient sur son blog et sur metronews.


Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter