Nutella, camembert, lait en poudre, eau minérale… Pourquoi de nombreux produits vont augmenter ce vendredi

Mon argent

A LA CAISSE - A la suite d’une nouvelle réglementation, le tarif de nombreux produits va augmenter substantiellement dès le 1er février, révèle Le Parisien. Le quotidien, qui s’est procuré les nouveaux tarifs d’un grand distributeur, explique que la note pourrait grimper de plus de 6% pour le consommateur. Des chiffres que tempère toutefois le gouvernement.

Les consommateurs vont-ils encore faire les frais d’une nouvelle réglementation en passant à la caisse ? La réponse est oui selon Le Parisien. A cause de la nouvelle loi Alimentation, de nombreux produits vont voir leurs prix augmenter dès le 1er février. Des produits dont "raffolent" les Français. Le quotidien national s’appuie sur les chiffres qu’un grand distributeur a bien voulu lui transmettre. Ainsi, un pot de Nutella de 750g va voir son prix bondir de 8,4 % (4,39 € contre 4,05 €), des yaourts Danone de 6 % (2,81 € contre 2,65 €) ou encore les céréales Chocapic de Nestlé augmenter de 9,3 %, le camembert Président de 8,6 % et le Coca-Cola de 5 %.

Tout en reconnaissant qu'il faut s'attendre à des hausses, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume tempère toutefois les chiffres avancés par le quotidien. Interrogé par l'AFP ce mercredi, il estime que le prix à payer pourrait augmenter "beaucoup" pour 4% des produits alimentaires de grande consommation. Des conséquences qu'il dit "regretter" tout en rappelant que cela pourrait contribuer faire survivre l'agriculture en France. 

Lire aussi

Pourquoi une telle hausse ?

Cette hausse non négligeable des prix résulte de la loi Alimentation votée en octobre 2018, rappelle Le Parisien. Elle fait suite aux Etats Généraux de l’alimentation qui se sont tenus en 2017. Ainsi, ce sont les agriculteurs, notamment, qui sont mieux rémunérés grâce à cette loi, et les grandes distributions doivent réduire leurs marges sur les produits agricoles. Sur ce point, pas de changement pour le consommateur.

Mais si la grande distribution consent à cet effort, elle bénéficie d’une contrepartie : son seuil de revente à perte est fixé à 10 %. En somme, le distributeur a l’obligation de faire 10 % de marge sur bon nombre de produits, et augmente donc ses prix !

Interrogé par LCI, le président de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, Alain Bazot, se montre de son côté très critique : "Cette loi augmente les marges de la grande distribution, c'est aberrant [...] Par un effet miracle, on espère que les revenus agricoles vont s'améliorer [...] C'est une vaste farce".

En vidéo

Augmentation des prix alimentaires : le coup de gueule de l'UFC-Que Choisir

Quel impact sur le panier français ?

Une décision qui touche essentiellement les articles dont la marge était la plus faible pour les grands distributeurs : conserve, eau, fromages, yaourts, etc. Selon les calculs du Parisien, la hausse moyenne constatée s’élève à 6,3 % : sur les 24 produits sélectionnés, le panier coûtera presque 85 € contre un peu moins de 80 € précédemment.

Une nouvelle hausse qui devrait faire un tollé chez les consommateurs en pleine crise des Gilets jaunes. Pour y remédier, certaines grandes surfaces ont décidé de diminuer les tarifs sur leurs produits partenaires ou bien accorder des avantages fidélité. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter