Pourquoi ça va marcher : "Beardilizer", l'accélérateur de pousse de barbe

Pourquoi ça va marcher : "Beardilizer", l'accélérateur de pousse de barbe

TENDANCES - Entre bizness et divertissement chaque semaine, Ronan Chastellier prévoit l'avenir de la conso, les succès… et les bugs !

L’histoire est faite de cycles. Il y aurait des périodes historiques où l’homme doit afficher un visage glabre, sans poil. D’autres où il faut nécessairement être barbu. La barbe était dans la Grèce antique l’indice d’une position conservatrice dans la société. Puis elle est devenue le signe distinctif de l’état de philosophe ; la densité de la barbe témoignant incontestablement d’une capacité à bien penser.

Aujourd’hui encore, l’homme crédible est extérieurement reconnaissable à son poil, sa barbe ou son duvet viril qui est devenu une sorte de motif stylistique majeur dans notre société. Cette poussée du poil a aussi été interprétée comme un retour à une forme d’authenticité et à la nature sauvage. Une nature vraie sans artifice. Ce qui suppose l’oubli fulgurant du rasoir. C’est dans ce contexte qu’arrive « Beardilizer », un accélérateur de pousse de barbe.

Une barbe fournie et 100% naturelle

Et ça devrait marcher car désormais tout le monde veut rivaliser avec Périclès. Non pas pour renouer avec la rhétorique, la profondeur subtile et rationnelle de la pensée antique, mais pour l’épaisseur de la barbe. « Beardilizer » de Phytobiol se présente sobrement sous forme de complément alimentaire. Trois gélules à avaler par jour pendant un mois pour stimuler, nourrir le système pileux facial.

Un produit à base de plantes, 100% naturel et multivitaminé pour retrouver le bel infini du poil qui repousse. 34, 90 € c’est semble-t-il le prix à payer pour revenir à cet idéal de virilité qui aurait tant vacillé devant les récentes conquêtes féminines.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : plus de 100 morts depuis lundi dans la bande de Gaza

EN DIRECT - Covid-19 : la Grèce se rouvre aux touristes après sept mois de confinement

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Dans les villes mixtes d'Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

"Je ne voulais pas du contrat" : après "The Voice", PaulO trace sa route avec son groupe

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.