Raids étudiants : un sésame  pour l’emploi

Raids étudiants : un sésame pour l’emploi

Mon argent
DirectLCI
CHALLENGE – Plusieurs écoles organisent désormais leurs propres compétitions étudiantes. La plupart des participants relèvent le défi pour le plaisir. Pourtant, ces événements peuvent aussi donner un sérieux coup de pouce à leur carrière.

Les vertus des raids étudiants sont multiples. Certes, ce sont avant tout des aventures humaines. Mais ces compétitions sportives sont aussi devenues des outils permettant aux étudiants de se "vendre" auprès des entreprises. Le concours en cybersécurité ( CSAW ) organisé par l’Institut polytechnique est même devenu un vrai sésame pour l’emploi : "L’an dernier, l’un de nos étudiants a été recruté par un laboratoire américain pour faire son stage de fin d’études là-bas, assure David Hely, professeur à l’école d’ingénieurs Grenoble INP-Esisar de Valence. Pour les compétiteurs, ce genre de projet constitue un plus sur leur CV, en leur permettant d’obtenir des projets de fin d’études qui les différencient des autres."

"Même si nous n’allons pas chasser les talents parmi les participants, leur engagement et leur militantisme font partie des valeurs que nous recherchons chez nos salariés", reconnaît Rodolphe Bouin, directeur des ressources humaines au Futuroscope de Poitiers. L’établissement accueille chaque année les équipages du 4L Trophy.

Des valeurs communes

Les entreprises y trouvent aussi leur compte, comme celles présentes autour de la Course croisière de l’Edhec (Ecole des hautes études commerciales du nord). Un événement qui attire chaque année près de 3 000 participants. Et qui comprend une régate, un raid multisports et des épreuves de sports sur sable. "Les étudiants n’hésitent pas à venir avec leur CV. La compétition est d’ailleurs devenue le premier forum de recrutement informel d’Europe, affirme Mariette Moine, membre de l’organisation. L’entraide et la solidarité, typiques du monde de la voile, favorisent les échanges."

C’est aussi une occasion, pour les recruteurs, de projeter une image différente : lors de la Course croisière de l’Edhec, la société Altran met par exemple à disposition des étudiants un stand de saut à l’élastique pour se rapprocher d’eux. "C’est une manière de nous faire connaître et d’affirmer nos valeurs, qui sont la compétition, l’excellence et le dynamisme", explique Julien Esposito, directeur de la marque employeur d’Altran, qui prévoit de recruter cette année 2 200 profils bac + 5 des écoles d’ingénieurs et de commerce.

Partenaire historique du 4L Trophy, le cabinet Deloitte est lui aussi devenu sponsor pour faire la promotion de ses métiers. "Nous cherchons à attirer des profils qui n’auraient pas spontanément pensé à nous", précise Jean-Marc Mickeler, directeur associé des ressources humaines chez Deloitte, qui prévoit cette année 800 embauches, dont 60 % de jeunes diplômés des écoles de commerce, 20 % de jeunes issus des écoles d’ingénieurs et 20 % de diplômés universitaires. Il n’y a plus qu’à !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter