Réforme des retraites : enfants, majoration, trimestres... ce qui change pour les pensions des femmes

Réforme des retraites : enfants, majoration, trimestres... ce qui change pour les pensions des femmes
Mon argent

FAMILLE - Le nouveau système de retraite sera plus juste pour les femmes, à en croire Édouard Philippe. Le Premier ministre a notamment promis, lors de sa présentation ce mercredi, de compenser entièrement la maternité. Majoration de point, nombre d'enfants, réversion... voici les nouvelles règles annoncées.

"Les femmes seront les grandes gagnantes" : Édouard Philippe l'a énoncé comme une évidence ce mercredi 11 décembre lors de sa présentation du projet de réforme des retraites. Le système universel décrit par le Premier ministre se veut en effet plus juste pour celles-ci, actuellement pénalisées par des carrières  souvent  hachées, à temps partiel et plus courtes que celles des hommes. 

Le nouveau dispositif prévoit ainsi de "compenser la maternité à 100%", a-t-il insisté. Il est notamment prévu que "chaque naissance intervenue après l'entrée en vigueur du système universel de retraite donne lieu à l'attribution d'une majoration de 5% des points acquis par les assurés au moment du départ à la retraite et un supplément de 2% de plus pour les familles de trois enfants et plus".  À noter que les cotisations versées seront donc converties en points et que, par la même occasion, le décompte par trimestre sera abandonné.

Lire aussi

Le dispositif actuel permet à chacun des parents de bénéficier d'une majoration de 10% de sa pension, mais seulement à partir du troisième enfant. En outre, les mères ont  actuellement droit à huit trimestres de cotisation par enfant (quatre au titre de la maternité et quatre au titre de l'éducation, ces derniers pouvant être partagés avec le père jusqu'aux 3 ans de l'enfant). Pour l'instant, ces trimestres bonus permettent aux mères, ayant commencé à travailler tard ou ayant interrompu leur carrière, de prendre leur retraite à taux plein à partir de 62 ans. 

Les inégalités salariales pourraient pousser à bonifier la pension des pères

Le futur système prévoit en outre que la majoration soit attribuée par défaut à la mère, sauf choix contraire des parents. La mesure a provoqué l'inquiétude des représentants des associations féministes, à l'instar d'Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes. Celle-ci estime sur Twitter qu'il sera en effet plus intéressant pour un couple d'opter pour que la majoration s'applique au salaire le plus élevé.

Or, statistiquement les inégalités de revenus entre les femmes et les hommes risquent donc de pousser les parents à choisir de bonifier la pension du père. Pour mémoire, la pension moyenne des hommes s'établissait à 1.933 euros en 2018, contre 1.123 euros pour les femmes. 

Enfin, cette réforme cherche également à améliorer le système de réversion. Édouard Philippe a en effet promis que le conjoint survivant percevrait 70% des ressources du couple au lieu de 60% au maximum actuellement. 

Pour ceux nés en 1975 et après, la réforme s'appliquera sur la période précédant leurs 50 ans

Reste à savoir qui sera concerné par ces changements. En principe, les assurés nés avant 1975 (âgés donc de 45 ans et plus actuellement) et qui sont donc aujourd'hui à moins de 17 ans de la retraite, ne seront pas touchés par la réforme. Leur pension restera donc calculée selon les règles actuelles.

Pour les plus jeunes, nés en 1975 et après, la pension devrait en revanche être calculée avec les règles actuelles pour la période s'étant déroulée avant leurs 50 ans et avec les nouvelles règles après. Ceux qui sont nés à partir de 2004, et ayant donc au plus 15 ans aujourd'hui, constitueront enfin la première génération entièrement concernée par les nouvelles règles. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent