Remplacement de chaudière au fioul pour 1 euro : pouvez-vous en bénéficier ?

Mon argent
DirectLCI
TRAVAUX - En 2019, l'Etat renforce ses aides pour permettre aux ménages de remplacer à moindre coût leur chaudière au fioul. En mobilisant différents dispositifs, les professionnels parviennent même désormais à proposer l'installation de pompe à chaleur pour 1 euro symbolique. Voici le dispositif présenté ce jeudi par le gouvernement.

Pas assez performantes et polluantes, les 3 millions de chaudières au fioul utilisées en France sont dans le viseur du gouvernement. Un nouveau dispositif de "prime à la conversion", présenté ce jeudi 24 janvier au ministère de la Transition écologique et solidaire,  permet désormais d'aider les Français à remplacer leur ancienne chaudière par un système plus performant comme une pompe à chaleur notamment, pour un coût de 1 euro. 


Quatre gros acteurs du secteurs (EDF, Engie, Total et Effy) proposent déjà de telles offres depuis quelques jours (ou sont sur le point de le faire). Au moins une dizaine d'autres pourrait suivre.  "Nous estimons ainsi pouvoir atteindre l'objectif de changer 600.000 chaudières au fioul en deux ans", annonce François de Rugy.  Pour les ménages qui répondent aux critères, "ce reste à charge d'1 euro permet d'accéder tout de suite et facilement au dispositif pour le prix d'une baguette de pain", renchérit le ministre du Logement, Julien Denormandie, également présent. 


L'installation d'une pompe à chaleur coûte pourtant généralement entre 12.000 euros et 15.000 euros, matériel et travaux compris. Pour réduire d'office la facture présentée au client, ces entreprises, présentées comme des "partenaires privés" du gouvernement, s'occupent elles-mêmes des démarches (récupération des aides et prise en charge des avances).

Pour être éligible au dispositif, le client doit habiter dans une maison individuelle dont il est propriétaire et ne pas dépasser un certain niveau de ressources. Le mécanisme repose en fait sur différents coups de pouce cumulés (à noter que les ménages aisés et les locataires peuvent aussi prétendre à une partie de ces prises en charge mais qu'ils n'auront pas forcément accès à des offres clés en main). 


Voici les principales aides mobilisables pour remplacer sa chaudière par un nouvel appareil moins polluant.

Prime à la conversion d'une chaudière : au minimum 4.000 euros pour les ménages modestes et 2.500 euros pour les autres

Nouveauté 2019, cette aide d'Etat d'un montant de 4.000 euros pour les ménages modestes (et 2.500 euros pour les autres ménages) est décrite dans un arrêté publié le 10 janvier au Journal officiel. Elle avait été annoncée, de façon alors floue, par le Premier ministre en novembre. Baptisée "Coup de pouce chauffage", elle s'inscrit dans le cadre du dispositif des certificats d'économie d'énergie (CEE) et peut renforcer les primes énergies déjà existantes et proposées par les fournisseurs d'énergie. Ainsi, pour l'installation du pompe à chaleur, EDF, par exemple, va plus loin que cette nouvelle prime et propose au total "5.500 euros de primes pour les clients modestes et 3.500 euros pour les autres", annonce un responsable du géant de l'énergie. 


Concrètement, cette prime à la conversion permet de remplacer l'ensemble des chaudières utilisant des énergies fossiles telles que le charbon, le fioul ou le gaz (sauf à condensation) par des chaudières à énergie renouvelable telles qu'une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau mais aussi par une chaudière biomasse performante, un système solaire combiné ou encore une pompe à chaleur hybride.


Les ménages dont les ressources ne dépassent pas certains plafonds fixés par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) sont considérés comme modestes. Il s'agit du revenu fiscal de référence (RFR) du ménage indiqué sur l'avis d'impôt de 2018 portant sur les revenus de 2017.  Les voici ci-dessous :

Aide de l'Anah : jusqu'à 50% du montant des travaux

Le programme "Habiter mieux agilité" de l'Anah finance une partie du montant hors taxe des travaux conduits pour changer une chaudière, à condition que l'opération soit confiée à une entreprise reconnue garante de l'environnement (RGE). La participation s'élève à 35% pour les ménages aux "ressources modestes" et à 50% pour ceux disposant de "ressources très modestes", selon les barèmes de l'Anah (ci-dessous). 

Crédit d'impôt de 30%

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) a été étendu en 2019 aux coûts de main d'oeuvre pour l'installation d'équipements de chauffage utilisant des énergies renouvelables et aux coûts liés à la désinstallation des cuves au fioul. Sans conditions de revenus, les travaux sont remboursés à hauteur de 30% pour une dépense plafonnée à 8.000 euros pour une personne seule et 16.000 euros pour un couple, avec une majoration de 200 euros par personne à charge. Si vous avez mobilisé d'autres aides, seul le reste à charge fait l'objet de ce crédit d'impôt. 

Comment arriver au tarif de 1 euro ?

Si vous répondez à tous les critères et faites appel à professionnel partenaire de l'Etat proposant des formules à 1 euro, celui-ci sera donc votre unique interlocuteur. Il s'occupera de toutes démarches (prime à la conversion, éventuelles autres primes énergie, aide de l'Anah). Pour arriver à ce reste à charge symbolique, il est également susceptible de faire un geste commercial, d'autant qu'il est probable que ce nouveau dispositif lui apporte de très nombreux clients. Effy, par exemple, annonce avoir reçu 10.000 demandes de particuliers en moins d'une semaine. Il vous appartient donc de comparer le contenu de chacune des différentes offres à 1 euro car chacune aura ses spécificités.  


A noter que si vous ne répondez pas à tous ces critères, certaines offres également attrayantes peuvent vous être proposées. Engie propose par exemple, outre son tarif à 1 euro réservé aux ménages très modestes se séparant d'une chaudière de plus de 15 ans, un tarif à 290 euros destiné aux ménages modestes et un paiement de 49 euros étalé sur 60 mois sans conditions de ressources. Sur le même principe, pour ces derniers, Total propose des prêts à taux zéro sur cinq ans avec des mensualités en partie absorbées par l'économie de 15% à 20% réalisée sur la facture d'énergie (puisque le nouveau système de chauffage est bien plus performant ). 


Les particuliers qui font appel à des artisans ne proposant pas ce système de prise en charge des démarches gardent la possibilité de demander, de leur côté, des primes énergie ou une aide de l'Anah. Sans oublier le crédit d'impôt, qui s'obtient en mentionnant la dépense non couverte par les différentes aides dans la prochaine déclaration de revenus. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter