"Reste à charge zéro" : 15% de hausse pour les mutuelles de certains seniors ?

"Reste à charge zéro" : 15% de hausse pour les mutuelles de certains seniors ?
Mon argent

PRÉVISIONS - La réforme du "100% santé" ou "reste à charge zéro" pourrait se traduire par une hausse des tarifs des complémentaires à partir de 2020. Quelques futures grilles tarifaires évoquées par des professionnels du secteur indiquent en effet une augmentation moyenne de l'ordre de 2% à 2,5%, et jusqu'à 10% à 15% pour les plus âgés et les moins bien couverts.

La réforme pourrait être à double tranchant. Le "reste à charge zéro" pourrait impliquer une hausse des tarifs des complémentaires santé dans six mois, selon les futures grilles tarifaires dont font état différents courtiers interrogés mi-juillet par nos confrères de l'Agence France-Presse. Ce dispositif porté par les pouvoirs publics prévoit pourtant de rembourser à 100% certaines lunettes et prothèses dentaires dès janvier 2020 (et certains appareils auditifs en 2021)... sans augmenter les cotisations.

Or, selon la demi-douzaine de professionnels consultés,  une tendance à la hausse se dessine clairement. Tous voient en effet venir une augmentation qu'ils évaluent en moyenne entre 2 et 2,5%, soit au-dessus de celles des dernières années. Pour certains assurés, les coûts pourraient même s'envoler. Un courtier de la capitale prévient ainsi que son offre destinée aux seniors de 60 ans augmente ainsi de près de 4%, quand d'autres prédisent carrément un bond de 10 à 15% pour les assurés les plus âgés et les moins bien couverts.

Lire aussi

Des assureurs disent "anticiper un possible effet d'aubaine"

Les mutuelles d'entreprise - obligatoires pour la majorité des salariés mais payées au moins pour moitié par l'employeur - pourraient, elles aussi, être touchées par cette inflation. Un grand cabinet de conseil constate en tout cas que les assureurs demandent 3% de revalorisation sur ce type de contrats. 

Un pourcentage qui variera, bien sûr, d'une compagnie à l'autre, d'autant que certaines mutuelles disent prévoir de "faire jouer la solidarité" en mettant à contribution les actifs afin d'atténuer l'impact sur retraités. Il y a cependant fort à parier que certaines sociétés tenteront de faire jouer la concurrence pour refuser ces possibles hausses.  

En vidéo

Le reste à charge zéro : quelles conséquences au niveau des mutuelles ?

Des rattrapages que certains assureurs justifient par la nécessité d'"anticiper un possible effet d'aubaine" tout en avançant l'explication que "plus de garanties et moins de prix, personne ne sait faire". S'emparant du sujet en amont dès l'hiver 2018/2019, l'Elysée et le ministère de la Santé avaient déjà clairement demandé au plus fort de la crise des Gilets jaunes aux complémentaires santé de geler leur tarifs 2019. Reste à savoir si la consigne sera aussi suivie en 2020.

A l'époque, le gouvernement assurait en tout cas que la réforme ne représentait au total que "0,14% du chiffre d'affaires" des assureurs. Infiniment moins que leurs frais de gestion (estimés à 20%) "sur lesquels ils peuvent  faire un effort d'efficience', suggérait alors Agnès Buzyn, la ministre de la Santé et des Solidarités. Selon les pouvoirs publics, cette mesure à un milliard d'euros est financée aux trois quarts par la Sécurité sociale. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter