Retraites complémentaires : ce qui change pour les salariés

Mon argent
DirectLCI
RETRAITE – Une simulation réalisée par le Conseil d’orientation des retraites révèle que les assurés pourraient subir jusqu’à 18% de baisse de pension. Les générations futures seront pénalisées. Metronews fait le point sur ce qui vous attend.

En octobre 2015, un accord a été conclu sur l’avenir des retraites complémentaires Agirc-Arrco afin de les sauver de la faillite. A quel prix pour les salariés ? Pour le savoir, le Conseil d’orientation des retraites (COR) a réalisé des simulations que  Le Figaro a pu se procurer et a publié dans son édition du mardi 5 avril. Un accord synonyme de perte pour les futurs retraités.

EN SAVOIR + >>  Patronat et syndicats signaient un "accord de principe" sur les retraites

 Une décote de 10%
Un salarié qui décidera de partir à la retraite quand il aura rempli l’ensemble des conditions de durée de cotisation verra sa pension complémentaire baisser de 10% pendant trois ans. Pour limiter l’impact, le salarié peut décider de travailler plus longtemps. Plus il travaillera au-delà de l’âge légal et moins sa pension sera diminuée. "[La décote] atteindra 4,5 % pour un cadre né en 1959 et jusqu'à 8 % pour la génération 1990, souligne le quotidien. Un malus qui entrera en vigueur à partir de 2019. Des chiffres calculés sur la base du bonus-malus mis en place par cette réforme. A savoir que les salariés exonérés de CSG seront exemptés de ce  coefficient de solidarité".

EN SAVOIR + >> Retraites complémentaires : quels changements en vue pour les salariés du privé ?

► L’exemple d’un cadre né en 1959
Si ce cadre veut partir à la retraite en ayant cotisé suffisamment longtemps au régime de base, il perdra, environ, 14,5% de sa pension complémentaire.

► L’exemple d’un cadre né en 1990
Pour les plus jeunes, la perte augmente. Le Figaro souligne que pour un cadre né en 1990, cette perte sera de plus de 17%. Et les salariés non-cadres y laisseront encore plus : près de 18% pour cette génération. Ils cotiseront donc autant mais pour finalement toucher moins une fois à la retraite.

► Des pensions atrophiées
Jusqu’à présent, la première pension de retraite ne pouvait jamais représenter moins que les 2/3 du dernier salaire de l’employé. La situation pourrait changer. D’ici 15 ou 20 ans, ce seuil pourrait être dépassé. Cet accord syndicat-patronat vise à réaliser 6,1 milliards d’économies d’ici 2020 afin de renflouer les caisses des régimes Agirc-Arrco. Metronews expliquait ici les raisons de cette situation.

A LIRE AUSSI >> Prendre en compte le bénévolat dans le calcul de la retraite, une bonne idée ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter