Réussir sa rentrée scolaire à... deux ans et demi

Réussir sa rentrée scolaire à... deux ans et demi

DirectLCI
ECOLE - Rentrer à l’école avant trois ans c’est possible et même conseillé par les "autorités". Mais mieux vaut les préparer. Metronews vous livre quelques petits conseils de mamans qui sont passées par là.

Favoriser la réussite scolaire et aussi - même si on a du mal à l'avouer côté parents - alléger la facture de la garde des tout-petits. La scolarisation des enfants de moins de trois ans devient de plus en plus fréquent. Mais ce n'est pas toujours facile à gérer. Petits conseils de mamans "expérimentées" pour bien gérer cette rentrée si particulière.

Propre tu seras...
L’école n’est pas la crèche. Avant de rentrer à l’école une injonction : l’acquisition de la propreté diurne, même si certaines écoles acceptent un temps le port d’une couche (l'autorisation dépend des directions). Il est courant que l’enfant ne soit propre que quelques jours avant la rentrée, ne commencez pas à stresser trop tôt, donc. C'est comme un déclic à l'approche de la date fatidique. Reste, le problème de la sieste entre le diurne et le nocturne… "Ma fille est rentrée à l’école à deux ans et demi. A peine propre. Elle a régulièrement fait pipi sur elle lors de la sieste. Dans ces cas-là, je ne le fâchais pas, la maîtresse non plus. Du coup, c’est passé, sans la stresser", raconte Marianne, maman de Naëlle.

A l'heure, tu iras
L’accueil périscolaire des enfants de moins de 3 ans n’est généralement pas permis pour la garderie du soir et du matin, ainsi qu’en centre aéré. Ça tombe bien, ils ont déjà de grosse journée pour leur âge. Il faudra donc trouver une autre solution pour les récupérer et les faire jouer à la sortie de l’école… "Ça, c’est le rôle des grands-parents", taquine Céline, maman de Jasmine. "Je me réserve un jour dans la semaine pour aller la chercher, son père aussi. Sinon on ne voit jamais la maîtresse et on a besoin de se parler, c’est un travail d’équipe de bien gérer l’école à cet âge-là". Si mamy et papy ne sont pas dispo, ou habitent trop loin, ce sera la nounou... ou une autre maman que vous connaissez.

Echanger ton enfant, tu feras
Cela semble l'évidence mais ce n’est pas toujours le cas. Pas le temps, trop fatigué ou trop stressé, c’est pourtant important de parler de l'école et ses mots/maux. Un "travaille bien" ou un "amuse toi bien", n’appartient pas au même champ de conception. Parler et faire parler d'accord, mais gare à ne pas harceler non plus. C’est le constat de Gabrielle, maman de Paul. "Je me suis rendu compte que je posais trop de questions à mon enfant dans la voiture au retour de l’école. T’as mangé quoi, avec qui ? T’as été sage ? T’as joué à quoi, avec qui, t’as une amoureuse… N’importe quoi. Ça l’inhibait complètement et il était généralement incapable de me répondre. Il se contentait d’un 'je ne sais pas' qui m’irritait fortement. Maintenant, je le laisse venir. Je lui parle de ma journée aussi et le soir souvent ça vient spontanément". Tout simplement.

En savoir +
Rentrée scolaire : les différentes solutions pour faire garder ses enfants Crèche ou nounou ? Les clés pour faire le bon choix

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter