SNCF : de 10 à 119 euros pour un même trajet, on vous explique le yoyo des tarifs

Des billets de train / Photo d'illustration

COMPLEXE - Les prix des billets de train peuvent, pour une même ligne, varier dans des proportions vertigineuses. Pour profiter des meilleurs tarifs, mieux vaux être flexible (et réserver des mois à l'avance).

Va-t-on bientôt y voir plus clair dans la grille tarifaire des TGV ? Le patron de la SNCF a en tout cas annoncé ce vendredi 18 septembre qu'il allait lancer une réflexion de plusieurs mois pour la simplifier. Une simple recherche effectuée par nos soins ce vendredi sur le site OUI.sncf, montre en effet que pour un même trajet mais à des dates différentes, les prix des billets de train font le grand écart : les billets de seconde classe proposés sont compris entre 33 euros et 116 euros pour un départ le jour même, selon les heures et la gare de départ (paris intra-muros ou banlieue). Les tarifs les plus bas tombent à 16 euros pour un départ le lendemain et même à 10 euros pour la semaine suivante. 

Criant sur les lignes Paris-Marseille et Paris-Bordeaux

Un constat déjà dressé par 60 Millions de consommateurs, qui avait passé au crible les tarifs des TGV quelques semaines avant le confinement. Dans une analyse* portant sur des milliers de trajets publiée dans son mensuel de mars, l'association de consommateurs observait déjà à l'époque que les prix pouvaient varier de un à plus de onze.

Lire aussi

Elle décrivait alors un phénomène particulièrement criant sur les lignes reliant Marseille ou Bordeaux à Paris. Certains départs le week-end montaient ainsi respectivement jusqu'à 116 euros et 111 euros. Tandis que des prix d'appel descendaient à respectivement 16 et 19 euros et tombent même à 10 euros depuis une gare excentrée. De façon à peine moins extrême, les tarifs effectuaient aussi le yoyo sur les lignes reliant la capitale à Lille (de 10 euros à 63 euros) ou à Toulouse (de 19 euros à 121 euros, ou de 15 euros à 55 euros à condition de consentir à passer 7 heures dans un Intercités passant par Limoges). 

Des tarifs gonflés quand les clients sont les plus captifs- 60 Millions de consommateurs

Pour espérer bénéficier des meilleurs tarifs, dans la logique commerciale actuelle de la SNCF, mieux vaut avoir un emploi du temps flexible. "Les tarifs sont gonflés à des périodes où les clients sont les plus captifs – lors des vacances scolaires, par exemple", regrette le magazine. Tout en soulignant que "la SNCF se concentre sur les trajets qui transportent le plus de monde et génèrent le plus de revenus" quitte à "se détourner de sa mission de service public".

Anticiper les réservations permet également d'accéder aux petits prix, même s'il existe des exceptions. Car dans les rames comme dans les hôtels ou les avions, le prix proposé augmente avec le taux de remplissage. En moyenne, sur l'ensemble des destinations étudiées, les billets de TGV et Intercités étaient ainsi 20% moins chers deux mois à l'avance que quinze jours avant. Les plus organisés ont donc  tout intérêt à acheter leur billet dès l'ouverture des réservations.  À noter que hors période de grands départs, les TGV et Intercités sont en règle générale réservables quatre mois avant le jour J. Le délai est quant à lui bien plus étendu pour les Ouigo (lesTGV low cost), généralement en vente jusqu'à neuf mois en amont.

En vidéo

Le secret des petits prix du TGV low cost

* L'étude repose sur l'analyse du prix de 2.859 billets de train proposés par le site Oui.sncf, les 8 et 9 janvier, pour 30 trajets entre des grandes villes, dans les deux sens de circulation, et à dix dates différentes : cinq départs en week-end et cinq voyages en semaine. Les dates choisies correspondent à des voyages entre deux semaines et quatre mois après le jour du relevé.  Il s'agit de tarifs pour voyager en seconde classe, sans carte de réduction

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

L'ouverture des stations de ski fermées à Noël "impossible" selon le chef de l'Etat

Lire et commenter