Soldes 2015 : après les attentats, les magasins parisiens désertés

Mon argent
DirectLCI
TERRORISME - Les attaques de djihadistes menées la semaine dernière à Paris ont éloigné habitants d'Ile-de-France des magasins. Les commerces, notamment les Galeries Lafayette, ont constaté une nette baisse de fréquentation malgré le début des soldes.

"Depuis les événements, notre fréquentation a subi une baisse à deux chiffres." Interrogé par le magazine  LSA , spécialiste de la consommation, le président du groupe Galeries Lafayette, Philippe Houzé, joue cartes sur table. Les terribles attaques du 7 au 9 janvier, qui ont fait 17 morts à Paris et Montrouge, semblent avoir dissuadé les clients, notamment dans la capitale. Cette baisse de fréquentation est d'autant plus visible alors que les soldes d'hiver viennent de débuter.

Selon une enquête réalisée pour LSA, la fréquentation des commerces affiche un recul de dix points en Ile-de-France durant ce premier week-end de soldes (10 et 11 janvier), par rapport à l'an dernier. A l’échelle de la France, "la baisse est moindre, mais là encore importante : -3,8 points." Des chiffres à relativiser toutefois, LSA rappelle le contexte du recul de la vente physique au profit du commerce en ligne.

"L'activité va reprendre"

Il n'empêche, les événements de ces derniers jours ont mis en lumière les impératifs de sécurité de la population, avec le renforcement du plan Vigipirate. Et pour les grands magasins, il s'agit de rassurer leur nombreuse clientèle. Sans pour autant le crier sur les toits. Interrogé par metronews, un responsable du Printemps Haussmann confirme aussi une sécurité renforcée, sans précisions supplémentaires. Tout comme Le Bon marché : "Nous avons fait le choix de ne pas communiquer là-dessus, par mesure de sécurité justement. En revanche, nous pouvons dire que nous n'avons pas constaté de baisse de la fréquentation", nous indique le grand magasin de la Rive gauche.

Aux Galeries Lafayette, Philippe Houzé se veut cependant optimiste et veut croire que les clients et touristes ne cèderont pas à la panique. Encore par LSA, il estime que "les gens réagissent, veulent agir, reprendre le dessus, c'est un très bon signe pour la démocratie et la liberté (...) On peut imaginer que l'activité va petit à petit reprendre et revenir à la normale dans quelques jours."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter