Soldes d'hiver 2014 : les ventes en berne après la première quinzaine

Soldes d'hiver 2014 : les ventes en berne après la première quinzaine

DirectLCI
SHOPPING – Alors que la troisième démarque s'annonce, le bilan de cette première quinzaine de soldes n'est pas reluisant : entre 5 et 10 % de ventes en moins pour les magasins de vêtements. Seuls les centres commerciaux semblent à peu près s'en sortir.

Après la première quinzaine des soldes , l'affaire semble pliée pour les commerçants. "Tout se joue les deux premières semaines, explique à metronews Jean-Marc Genis, président exécutif de la Fédération des Enseignes de l'Habillement (FEH). Désormais, les ventes iront en décroissant". Et pour les commerces du textile, le bilan est mauvais. À l'image de la première semaine, les ventes sont en moyenne 5 à 10 % moins bonnes que pour la même période en 2013. En cause, en tout premier lieu, la crise économique : "Je ne vous apprendrai rien en disant que les Français subissent une conjoncture difficile", ironise, amer, Jean-Marc Genis.

Pourtant, ce responsable de la FEH avance aussi deux autres raisons pour expliquer ces mauvais résultats. D'une part, une météo particulièrement clémente depuis le début de l'hiver : "Il fait très bon donc les gens n'achètent pas de doudounes ni de vêtements chauds", regrette-t-il tout en espérant une dégradation du temps, synonyme d'amélioration du chiffre d'affaires. Par ailleurs, l'essor des ventes privées aurait aussi un impact sur le marché : attirés par les ventes privées qui proposent à leurs clients fidèles des offres exceptionnelles, les clients bouderaient les autres marques de la FEH, bien qu'il soit "difficile de quantifier cette perte", admet-il.

Les centres commerciaux se portent bien

Mais le tableau n'est pas sombre pour tout le monde : du côté des centres commerciaux, on se réjouit d'une augmentation sensible de la fréquentation par rapport à l'année dernière, avec une hausse de 1,7 % au niveau national. Dans un communiqué, le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) temporise tout de même en mettant en parallèle cette relative augmentation à la baisse de 0,6 % constaté les cinq premiers jours des soldes.

Cette augmentation est particulièrement importante en périphérie de villes de province et d'Ile-de-France, qui affiche une hausse respective de 3,1 et 3,2 %. Néanmoins, en centre-ville, les centres commerciaux font grise mine avec une baisse de 1,4 %, due en partie à l'abondance des enseignes privées et magasins de proximité. Mais Jean-Michel SILBERSTEIN, délégué Général du CNCC, se veut tout de même optimise, avançant "l'effet deuxième démarque" pour expliquer cette bonne santé et la volonté des consommateurs des centres commerciaux de "privilégier la périphérie". Pas sûr néanmoins que la troisième démarque qui s'annonce confirme cette tendance.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter