Succession : des frais bancaires toujours plus élevés quand on hérite

Mon argent
DirectLCI
DÉCÈS - En cas de succession, fermer un compte bancaire pour faire transférer les avoirs du défunt coûte en moyenne 215 euros, selon une étude dévoilée ce mardi par Le Parisien. En un an, les tarifs ont augmenté deux fois plus vite que l'inflation. Par exemple, Axa banque, Allianz, Crédit Mutuel du Sud Ouest réclament plus de 400 euros.

Les frais bancaires ont grimpé dans un domaine plutôt inattendu. En cas de succession, les établissements facturent en moyenne 215 euros pour des avoirs s'élevant à 15.000 euros (hors assurance-vie). C'est 3,88% de plus qu'il y a un an (près de deux fois plus que l'inflation) et surtout 27,6% de plus qu'en 2012. Ce qui représente tout de même 120 millions d'euros de chiffre d'affaires pour les banques. Ces calculs ont été effectués par le comparateur MeilleureBanque dans une étude relayée ce mardi 30 octobre par Le Parisien.


Techniquement, ces frais sont prélevés par les banques ou assureurs proposant des services bancaires lorsqu'ils ferment les comptes d'un défunt et transfèrent leurs avoirs à un héritier ou à un notaire. Certains établissements, interrogés par nos confrères, justifient ces tarifs élevés par un travail complexe. Le dossier doit être confié à un conseiller expert qui sera l'interlocuteur dédié des ayants droit, du notaire, de l'administration fiscale notamment. Sans oublier que, outre le compte courant, les opérateurs doivent également s'occuper des livrets d'épargne et des éventuels plans d'épargne en actions (PEA).  

Quoiqu'il en soit, au cas par cas, les tarifs font le grand écart d'un établissement à l'autre. Parmi les banques nationales les plus chères, cette étude fait figurer en tête Axa banque et Allianz banque (450 euros toutes deux), le Crédit coopératif (310 euros), LCL (306 euros) talonné de près par fortuneo, Boursorama, Groupama et ING direct (300 euros chacune). Au niveau régional, le Crédit mutuel du Sud Ouest (410 euros) arrive en tête devant le Crédit agricole de Corse (360,45 euros) et celui des Alpes-Provence (360 euros). 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter