Taxe d'habitation, ISF... Edouard Philippe annonce "un souffle fiscal" à 11 milliards d'euros

CHIFFRES - Dans un entretien aux Echos ce mercredi, le Premier ministre assure que "la pression fiscale sera réduite de près de 11 milliards en 2018". Taxe d'habitation, impôts sur les sociétés, ISF... Voici ses principales annonces.

Son objectif est de "créer un effet de souffle fiscal" destiné à stimuler l'activité en France. Le Premier ministre Edouard Philippe a détaillé, à nos confrères des Echos dans un entretien à paraître ce mercredi 12 juillet 2017, les baisses d'impôts qu'il comptait mettre en place dès 2018. 


Au total, Matignon vise une diminution de la pression fiscale, de l'ordre de 11 milliards d'euros l'an prochain. Une façon de "donner confiance aux acteurs économiques, avec de la visibilité et des engagements précis", explique-t-il au quotidien économique. Dans le même temps, pour le budget 2018, l’exécutif vise "une croissance de 1,7 %" et "un déficit ramené à 2,7 % de PIB".

Voici les projets du Premier ministre pour 2018  :


• Taxe d'habitation : 3 milliards d'euros de baisse d'impôt en 2018

Une première étape de la réforme de la taxe d'habitation sera mise en oeuvre en 2018, avec une première baisse d'impôt évaluée à trois milliards d'euros. Pendant sa campagne, le président Macron avait promis que 80% des ménages en seraient exonérés, avec une mise en œuvre étalée sur trois ans.


• Impôt sur la fortune : 3 milliards d'euros de baisse d'impôt en 2018

L'impôt sur la fortune (ISF) va être transformé par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) afin que "le patrimoine qui ne soit pas immobilier ne soit pas taxé" selon les mots d'Édouard Philippe. Cette nouvelle fiscalité sur le capital va engendrer une baisse des prévèlements à hauteur de 3 milliards d'euros "qui sont rendus aux Français", poursuit le Premier ministre. Les seuils et les taux seront les mêmes que ceux de l'ISF. L'abattement de 30% sur la résidence principale sera conservé. Il avait été question de reporter cette mesure évoquée par Emmanuel Macron pendant  sa campagne, avant que le gouvernement ne revienne sur sa décision face à l'émoi que cela avait provoqué dans les milieux d'affaires. 


• Flat tax : 1,5 milliard d'euros de baisse d'impôt en 2018

Le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus de l'épargne, autre promesse d'Emmanuel Macron, sera également mis en œuvre dès 2018. Ce dispositif, qualifié de "flat tax", représentera une baisse d'impôt d'environ 1,5 milliard d'euros. Seuls les nouveaux flux d'investissements dépassant 150.000 euros seront concernés par le prélèvement forfaitaire. Les produits défiscalisés comme le Livret A seront toujours exemptés et l'assurance-vie conservera son régime fiscal actuel.


• Impôts sur les sociétés : taux limité à 25 % d'ici à 2022 

Le taux de l'impôt sur les sociétés baissera à 25% d'ici la fin du quinquennat, contre 33% actuellement.

En vidéo

Hausse de la CSG : les gagnants et les perdants

A noter : le Premier ministre rappelle également que les cotisations sociales des salariés vont diminuer dès janvier 2018 et que les mesures fiscales prises à la fin du quinquennat Hollande seront bel et bien appliquées, même si elles n'avaient pas toutes été financées par l'ancien président. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter