TEST - Retraites : on a exploré le simulateur du gouvernement, notre verdict

Le simulateur de retraites proposé par le gouvernement est accessible depuis ce jeudi matin. Comment fonctionne-t-il précisément ? Peut-il répondre à toutes nos questions ? Éléments de réponses avec notre équipe.

INCARNATION - Le simulateur de retraites mis en ligne ce jeudi par le gouvernement ne permet pas encore de calculer personnellement sa future pension. Il est cependant accompagné de cas types permettant de comparer les anciens et les nouveaux montants. L'exemple des enseignants se veut notamment rassurant comparé aux calculs effectués précédemment par des syndicats.

Il va sans doute apporter une première clarification mais pourrait laisser les plus curieux sur leur faim. En attendant une version plus étoffée annoncée pour courant 2020, le simulateur de retraite mis en ligne ce jeudi 19 décembre par le gouvernement est à ce stade en effet assez sommaire.

Pour le moment, il permet uniquement de vérifier qui sera concerné ou pas par le futur système. L'outil accessible ici sur le site officiel Info-retraite.fr indique ainsi à chacun, en fonction de son activité professionnelle (salarié du privé, agriculteur, fonctionnaire, militaire...) et de son année de naissance, dans quelle mesure et pour quelles années de sa carrière cette réforme complexe s'appliquera. 

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Lire aussi

Prenons l'exemple d'un salarié du privé né en 1980. Le simulateur précise, entre autres, que l'intéressé entrera dans le système universel de retraite à points en 2025 et que sa retraite sera en partie calculée selon les règles actuelles (pour la carrière déroulée avant 2025) et en partie selon les futures règles (pour le reste de la carrière à partir de 2025). D'autres grands principes sont également expliqués comme le fait qu'un départ à taux plein à un âge d'équilibre à 64 ans lui sera proposé mais qu'un départ à partir de 62 ans restera possible. 

Impossible en revanche d'entrer ses propres données concernant notamment son salaire, le nombre d'années que l'on compte travailler ou encore le fait que l'on ait ou non des enfants. Autrement dit, ce simulateur ne permet pas de simuler le montant de sa future pension... Pour les salariés d'un régime spécial et pour certains fonctionnaires, l'âge de départ prévu est cependant requis. 

Les professeurs certifiés n'y perdraient pas

Pour se faire malgré tout une idée concrète, trente-six cas types sont proposés. Parmi eux, Laurent est professeur certifié. Né en 1980, il a commencé à travailler à 22 ans et a passé toute sa carrière dans la fonction publique. Il va donc travailler 23 ans dans le système actuel et le reste dans le futur système universel. Sa part de primes s'élève à 16%. À noter que non seulement celles-ci seront comptabilisées à l'avenir mais aussi que le gouvernement s'est engagé à les revaloriser, tout comme les rémunérations, afin que les pensions des enseignants se maintiennent. 

Résultat, s'il part à 62 ans, Laurent toucherait 2.360 euros brut de pension mensuelle dans le futur système contre 2.359 euros dans le régime actuel. Pour un départ à 64 ans, il bénéficierait de 2.770 euros dans le nouveau système (au lieu de 2.768 euros auparavant). À 65 ans : 2.990 euros (au lieu de 2.982 euros). À 67 ans : 3.290 euros (au lieu de 3.286 euros).

En vidéo

Réforme des retraites : faut-il se fier aux simulateurs proposés par les syndicats ?

Cet exemple donné par le gouvernement, qui reste cependant soumis aux éventuelles évolutions du projet, se veut donc rassurant. On en déduit en effet que les pensions resteront sensiblement identiques. Il va à l'encontre des simulations pessimistes issues d'un calculateur mis en ligne il y a un mois par le syndicat du secondaire SNES-FSU. Il convient de préciser que cet outil avait été conçu avant les promesses faites début décembre par le ministre de l'Éducation pour améliorer la situation financière des enseignants. Les vives inquiétudes exprimées à l'époque par ces derniers ne sont d'ailleurs sans doute pas étrangères au geste promis.

Selon le simulateur du syndicat, sur la base des données concernant ce même Laurent, la pension de celui-ci aurait été pour un départ à 62 ans de 2.281 euros bruts avant la réforme et de 1.718 euros après. À 63 ans, sa pension serait passée de 2.476 euros à 1.774 euros. À 64 ans, de 2.677 euros à 1.831 euros. À 65 ans de 2.885 euros à 1.888 euros. La simulation à 67 ans n'est pas disponible. 

Les exemples sont-ils représentatifs ?

Parmi les autres cas types accompagnant le simulateur du gouvernement, celle de Christelle, jeune collègue de Laurent. Née en 1990, elle va quant  à elle travailler 13 ans dans le système actuel avant de basculer dans le futur régime. Si elle prenait sa retraite par exemple à 64 ans, cette enseignante toucherait une pension de 2.780 euros avec la réforme en tenant compte des revalorisation promises (au lieu de 2.776 euros dans le système actuel). Le simulateur du syndicat, qui ne tient donc pas compte des annonces récentes du ministre de l'Éducation, faisait pour sa part craindre une pension tombant à 1.831 euros avec la réforme (contre 2.677 euros avant). 

En dépit des très nombreuses situations personnelles, charge à chacun pour l'instant de chercher un cas type s'approchant de son profil pour s'y identifier. Reste cependant à savoir si les différents exemples mis en avant par le gouvernement (vingt-deux types de fonctionnaires, quatre d'enseignants et dix de salariés du privé) sont représentatifs de ce qui attendra l'ensemble des personnes concernées par la future réforme.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : 3.478 patients toujours en réanimation, la baisse se poursuit

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Louis Burton, nouveau dauphin de Charlie Dalin

Miss France 2021 : passez le test de culture générale des candidates

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Lire et commenter