Traceur GPS pour vélo : la solution contre le vol de vélo ?

Un vol de vélo / Photo d'illustration
Mon argent

TECHNOLOGIE - Géolocaliser sa bicyclette sur son smartphone peut aider à dépasser la peur, très partagée par les cyclistes, de retrouver leur cadenas scié à l'endroit où ils avaient laissé leur monture. Comment fonctionnent les traceurs GPS pour vélo et combien coûtent-ils ?

Serait-ce la solution pour laisser son vélo seul dans la rue sans angoisser ? Les traceurs GPS, qui permettent de suivre sur son smartphone les éventuels déplacements de sa monture, sont existent depuis quelques années pour le grand public. "Nous recommandons un modèle intégré au guidon mais il existe de nombreuses versions à fixer sur le vélo", explique à LCI Vincent Court, responsable des achats chez Cyclable, un réseau d'une cinquantaine de boutiques présentes dans les grandes villes françaises.

Dans le premier cas, il s'agit d'un cintre équipé d'office d'un traceur et qui présente l'avantage de ne pas pouvoir être détaché par le voleur. Dans les autres cas, il convient de fixer l'appareil sur l’extérieur du vélo, sur le guidon où sous la selle par exemple.

Lire aussi

Des modèles de 100 à 400 euros

Côté budget, "pléthore de fabricants proposent désormais différents modèles entre 100 euros et 400 euros", estime-t-il . A noter qu'une fois la balise achetée, l'accès à l'application mobile peut être déjà incluse dans le prix ou faire l'objet d'un abonnement payant. Vu leur prix élevé, ces accessoires sont évidemment destinés à des vélos onéreux, qu'il est également grandement conseillé d'attacher "avec au moins deux antivols valant 10% du prix d'achat", souligne le professionnel de l'enseigne Cyclable.

Ces objets connectés permettent donc de suivre son vélo à la trace sur son téléphone. Mais qu'ils envoient leur position via les réseaux LoRa ou Sigfox (largement utilisés pour les objets connectés), "il n'existe pas encore de technologie qui permette de le géolocaliser dans un souterrain ou dans une cave", regrette-t-il cependant. Quant à leur autonomie, ils sont à recharger tous les un à trois mois via un câble USB.

Aider à remonter les filières

Tout comme le marquage des vélos avec un code permettant d'identifier son propriétaire, ces données de géolocalisation peuvent aider les enquêteurs à démanteler les filières. Et, quelquefois, "selon la volonté politique de la ville, à retrouver le vélo pour le restituer à son propriétaire", observe-t-il. 

Un moyen de plus donc pour tenter de freiner le fléau des vols de vélos. Car pour l'heure, selon le bureau de recherche 6t, 46% des cyclistes des agglomérations de plus de 200.000 habitants déclarent qu'il leur arrive de renoncer à enfourcher leur monture de peur qu'elle se volatilise. Une part qui monte à 60% pour le tiers des possesseurs de bicyclette ayant déjà subi au moins un vol. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : la légion d'honneur sera décernée à Samuel Paty à titre posthume

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent